RENOVATION. Implanté dans le 1er arrondissement de Paris, l'immeuble du 42 rue du Louvre renaît après 18 mois de chantier. Un projet porté par les architectes Patrick De Jean et Jérôme Marin. Abritant auparavant des bureaux, il accueille aujourd'hui une cinquantaine de logements sociaux. Visite.

Un emplacement idéal au cœur de Paris, un immeuble emblématique et patrimonial : bienvenue au 42 rue du Louvre. Situé à proximité de l'église Saint-Eustache, du jardin des Halles et de la Bourse du commerce, il forme avec ses congénères un ensemble architectural remarquable.

 

A l'origine, ce bâtiment abritait des habitations dans les étages et des commerces au rez-de-chaussée. Par la suite, hormis les chambres de service au dernier niveau, des bureaux y ont pris leurs quartiers. A la fin des années 1990, des logements sociaux ont remplacé les chambres. Aujourd'hui, le projet mené pour Elogie, société d'économie mixte de la ville de Paris, par l'agence De Jean/Marin a créé cinquante logements sociaux allant du T1 (36m2) au T4 (112m2) destinés aux Parisiens les plus en difficulté comme aux classes moyennes. Le tout en respect avec le passé du site : "Nous avons pris la structure et la composition de l'existant comme des valeurs déterminantes du projet", nous explique Jérôme Marin. Et d'ajouter : "Lors de la phase d'analyse, nous avons également traité la réversibilité du programme, un élément important qui doit permettre de s'adapter à d'éventuels changements dans le futur". Et pour satisfaire ce critère, les architectes ont choisi de superposer au plan initial, une typologie contemporaine. Ainsi, des boîtes ont été aménagées pour offrir un nouveau découpage des pièces. Par exemple, une ancienne chambre peut accueillir une cuisine, etc. "Là était le défi, amener du contemporain tout en ne dénaturant pas le patrimoine", note l'architecte.

Un souci du détail perpétuel

D'ailleurs, sur un tel projet, les architectes des bâtiments de France (ABF) ont été vigilants. Ils ont eu plusieurs exigences parmi lesquelles la préservation des moulures, et par conséquent l'invisibilité des gaines dans les appartements : "Nous avons intégré ces éléments techniques dans les parties communes. Pour cela, nous avons imaginé des solutions sur les paliers", explique Jérôme Marin. Sur ce volet, le travail de synthèse des réseaux techniques piloté par les ingénieurs de Sicra, filiale de Vinci Construction, durant 6 mois ont permis l'encastrement total de ceux-ci dans les murs et parquets. Concernant les finitions, la restauration a été méticuleuse : "Les châssis des fenêtres ont été retravaillés car aucun n'était semblable. Il a fallu trois mois de mise au point pour parvenir à une solution. En outre, les volets d'origine ont été démontés, notamment les lames qui ont été déplombées, numérotées afin d'être remises au bon endroit. Certaines moulures ont été rénovées, etc. Ce qui a guidé le projet fut le souci du détail perpétuel", nous confirme Alain Desaphie, directeur commercial au département rénovation de l'habitat pour Sicra. Un soin particulier que l'on trouve également en façade où un ravalement a été opéré. Au programme : sablage et greffe de pierres. "Nous avons effectué un diagnostic à la nacelle pour ausculter les pierres manquantes, notamment en parties hautes", précise Jérôme Marin. Toujours concernant l'extérieur, l'isolation a été renforcée côté cour pour obtenir une consommation d'énergie estimée à environ 104,9 kWh/m²/an. Et ce sont donc les locataires, actuellement en cours d'emménagement, qui devraient profiter de ces nouvelles performances et de ces logements tout confort.

 

Fiche technique
Début des travaux : début septembre 2012
Fin des travaux : février 2014
Maître d'ouvrage : Elogie
Architectes : agence De Jean/Marin
Entreprise générale : SICRA Renovation de l' Habitat.
Montant des travaux : 9,5 millions d'euros

actionclactionfp