Le port d'appareils de protection respiratoire s'impose lors de toute opération comportant un risque d'exposition à l'amiante. Leur choix doit s'effectuer selon le niveau d'empoussièrement et en fonction de l'évaluation des risques. Quelles sont les exigences réglementaires à respecter ? Comment choisir un APR ? Revue de détail.

Tout salarié effectuant des travaux de retrait ou d'encapsulage d'amiante ou des interventions sur des matériaux, équipements, matériels et articles en contenant ou pouvant provoquer l'émission de fibres, doit être équipé d'EPI spécifiques dès lors que le niveau d'empoussièrement est supérieur au seuil de 5 fibres par litre.

 

Parmi ces équipements, les appareils de protection respiratoire (APR), dont le choix doit s'effectuer selon les exigences posées par arrêté, mais aussi en fonction de la pénibilité de la tâche à effectuer et de la durée d'exposition. L'APR choisi doit être adapté à l'évaluation des risques établie par l'employeur.

Les différentes catégories d'équipements

Le choix des appareils de protection respiratoire s'effectue selon les critères fixés par l'arrêté du 7 mars 2013, en fonction du niveau d'empoussièrement (1, 2 ou 3). Deux grandes catégories d'APR existent : les appareils filtrants anti-poussières qui procèdent à l'épuration des polluants contenus dans l'air au moyen de filtres et, les appareils isolants alimentés en air respirable à partir d'une source non polluée.

 

Les premiers dont l'utilisation est limitée à un empoussièrement de niveau 1, peuvent être utilisés pour répondre à différentes situations d'exposition à l'amiante. Ils comportent, par ordre de niveau de protection croissant :

 

- le demi-masque filtrant FFP3 ; il s'agit d'un appareil jetable à usage unique dont le facteur de protection en situation de travail est estimé à 10. Ce type d'appareil souple peut subir des déformations et ne permet pas toujours un ajustement correct. Son port est limité à des opérations dont la durée d'exposition n'excède pas 15 minutes ;
- le demi-masque équipé de filtres à particules P3 : plus facile à ajuster que le précédent, son facteur de protection est estimé à 10, voire 20 pour les demi-masques à ventilation assistée TM2 P. En fonction du marquage R (réutilisable) ou NR (non réutilisable), le remplacement des filtres doit être effectué après chaque usage ou après plusieurs utilisations, s'il est muni d'un opercule d'obturation et qu'il n'a été ni mouillé, ni colmaté ;
- le masque complet équipé de filtres de classe P3, dont le facteur de protection est de 30. Lorsque ce masque est doté d'un système à ventilation assistée TM3 P, plus adapté à des travaux de longue durée et pénibles, l'indice de protection est toutefois estimé à 60. Ses filtres doivent être remplacés après chaque vacation ;
- un masque filtrant à ventilation assistée TH 3P avec cagoule ou casque (extraction de l'air au travers des filtres et propulsé filtré vers la cagoule). Son facteur de protection est estimé à 40. Les filtres doivent être remplacés après chaque vacation.
La 2e catégorie d'appareils de protection respiratoire dont l'utilisation est admise pour un niveau d'empoussièrement de niveau 2 ou 3, selon l'évaluation des risques de l'entreprise, regroupe :

 

- les appareils isolants à adduction d'air comprimé respirable à débit continu de classe 4 assurant un débit minimum de 300 litres/minutes, avec masque complet ;
- les appareils isolants à adduction d'air comprimé respirable à la demande à pression positive avec masque complet, permettant d'atteindre un débit supérieur à 300 litres/minutes.

 


amiante
amiante © Tissot

Les vérifications qui s'imposent

Une vérification de l'état général de l'APR, de son bon fonctionnement et de son maintien en conformité doit être réalisée après toute intervention sur l'équipement ou tout événement susceptible d'altérer son efficacité, au minimum, tous les 12 mois. Ce contrôle doit porter à la fois sur l'état général de l'appareil et sur son bon fonctionnement. Après chaque utilisation, les APR doivent être en outre décontaminés. Ces vérifications sont réalisées sous la responsabilité de l'employeur, conformément aux notices d'instructions du fabricant. Les dates et la fréquence de changement des filtres des APR doivent enfin être consignées dans le registre de sécurité.

 

N'hésitez-pas à vérifier avant chaque intervention que les APR utilisés sont étanches et adaptés aux conditions de l'opération mais aussi à la morphologie des salariés, en réalisant des tests.

 

Pour toutes vos questions liées à l'amiante et aux équipements de protection individuelle obligatoires, les Editions Tissot vous conseillent leur documentation « Sécurité des chantiers du BTP - guide illustré ».
actionclactionfp