Missionné par le Medef, le nouveau président du conseil d'administration de l'UESL-Action Logement, Jacques Chanut -l'ex 1% Logement- entend mener à bien la lourde tâche de la reforme entreprise en avril dernier à l'issue de longues négociations, a-t-il rappelé ce mardi à l'occasion de la première convention. Décryptage.

La première convention de l'Union des entreprises et des salariés pour le logement UESL- Action Logement réunissant ce mardi 10 novembre à Paris l'ensemble du "mouvement 1 % Logement", soit près de mille personnes était vivement attendue par les professionnels du Logement et particulièrement social, depuis l'annonce de la réforme engagée en avril dernier.

 

Pour rappel : à l'issue de longues négociations entre Medef-CGPME et cinq syndicats, le conseil d'administration de l'UESL-Action Logement s'était engagé le jeudi 9 avril 2015 à une réforme de l'opérateur et financeur du logement social. Les 20 collecteurs se sont ainsi regroupés autour d'une seule entité : Action Logement.

 

"Ce chantier ne doit pas retarder la convention quinquennale 2015-2019", Sylvia Pinel

 

"L'enjeu de cette convention d'Action Logement est essentielle", a rappelé la ministre du Logement, Sylvia Pinel, en clôture de cette convention. En précisant bien aux partenaires sociaux qu'en "octobre dernier, Manuel Valls a annoncé que la réforme d'Action Logement fera l'objet d'un projet de loi examiné et voté début 2016". Elle se traduira ensuite par des ordonnances qui seront adoptées d'ici l'été.

 

Elle a également rappelé qu'Action Logement financera, dès le 1er janvier, une nouvelle garantie de loyers à destination des jeunes de moins de 30 ans, des demandeurs d'emploi et des salariés en situation de précarité, a ajouté Sylvia Pinel dans son discours.

 

"Aujourd'hui, l'augmentation du prix oblige les salariés à trouver une solution adaptée de logement par rapport à leurs besoins, a-t-elle également commenté. J'estime qu'il est indispensable de fluidifier le secteur résidentiel."

 

C'est pourquoi ce "chantier de grande ampleur" aura des répercussions malgré le retard accumulé, a-t-elle rappelé à la nouvelle gouvernance composée désormais de Jacques Chanut et Jean-Baptiste Dolci. Avant de les alerter : "D'ailleurs, ce chantier ne doit pas retarder la convention quinquennale signée le 2 décembre 2014 entre l'Etat et Action Logement." Elle porte notamment sur les emplois des fonds issus de la Participation des Employeurs à l'Effort de Construction (PEEC) pour la période 2015-2019.

La création d'un pôle "Services" et "Immobilier"

Désormais, les 20 collecteurs d'Action Logement sont regroupés en une seule entité nationale secondée par des directions régionales. "Nous prévoyons tout d'abord la création d'un pôle 'Services', incluant les 20 Comités interprofessionnels du Logement (CIL), aux 3.300 salariés, précise le dirigeant d'Action Logement. Pour piloter cette direction de services, une structure paritaire "aura pour mission de conclure avec l'Etat des conventions quinquennales", indique-t-il. La première, signée le 2 décembre 2014, couvre la période 2015-2019. Elle prévoit notamment une diminution du coût de gestion de 10 % et l'amélioration des performances d'Action Logement. A noter également, "la création d'un pôle immobilier qui correspond à une structure de portage de l'ensemble des participations des CIL dans des ESH et autres filiales immobilières équivalentes (logement intermédiaire…)."

 

En présentant, la réforme aux partenaires sociaux, ce mardi, Bruno Arbouet a signalé que la "volonté d'Action Logement ne sera pas hégémonique, notre ambition sera de plus servir les salariés."

Plus d'1,42 milliards d'euros pour la rénovation

Pour rappel : Action Logement a livré près de 23.000 logements 2014, soit une croissance de 2,62 %. "Mais ce n'est pas suffisant, notre objectif ambitieux serait de doubler en cinq ans", a insisté aussi Bruno Arbouet.

 

Et d'ajouter : "Nous consacrons plus d'1,4 milliard d'euros pour la rénovation de logements sociaux, et nous nous engageons solennellement aujourd'hui à préserver cette enveloppe."

 

Au total, à ce jour, Action Logement dispose de 4 milliards d'euros d'euros par an, dont 1,8 milliard d'euros collectés auprès des entreprises, nous-a-t-on expliqué. En 2014, ces recettes ont permis de proposer 460.000 prêts et de loger 67.000 personnes

"Bonne nouvelle pour le paritarisme et le logement", Jacques Chanut

Jacques avait précédemment été chargé par Pierre Gattaz de mener une réforme en profondeur d'Action Logement afin de faciliter l'accès au logement des salariés et favoriser ainsi l'accès l'accès à l'emploi. Il nous confirme aujourd'hui "la volonté des partenaires sociaux de mener à bien la réforme engagée, non pas pour elle-même, mais parce qu'elle doit faire mieux et plus au service des entreprise et de leurs salariés, avec une exigence incontournable, faciliter la mobilité au service de l'emploi." De son côté, François Asselin, président de la CGPME est également intervenu à la convention : "Nous y sommes allés avec confiance. Il faut d'ores et déjà rassurer les 4.000 collaborateurs et servir les salariés."

 

Enfin, l'USH a signé une convention avec Action Logement, confirmant le principe d'"universalité et d'équité". "Nous avons confiance en ce partenariat car l'organisation de la cité et le renouvellement urbain méritent une attention particulière", a conclu Jean-Louis Dumont, président de l'USH.

 


actionclactionfp