Le 2e plus grand incubateur d'entreprises parisien a été inauguré par Bertrand Delanoë dans le 15e arrondissement. Implanté dans l'éco-quartier Boucicaut, l'immeuble conçu par Paul Chemetov doit abriter de jeunes pousses autour de différentes thématiques comme la ville intelligente ou la construction. Visite.

Les start-up ont désormais un nouveau nid dans Paris : dans l'éco-quartier Boucicaut, le dernier-né des grands sites d'incubation financés par la Ville vient d'ouvrir ses portes. Il s'agit du deuxième plus grand espace disponible, après Nord Express (gare du Nord), implanté dans le périmètre de l'ancien hôpital Boucicaut, construit en 1897, qui a été fermé en 2001 et qui fait depuis 2003 l'objet d'un vaste programme de réaménagement. Pour Bertrand Delanoë, actuel maire de Paris, venu inaugurer les lieux, "la dynamique des jeunes entreprises sert les grands groupes". Confiant dans l'avenir pour la quarantaine de PMI/PME qui s'installeront prochainement dans ces locaux neufs, l'édile a déclaré : "C'est un lieu qui va générer de l'emploi ! Il faut que les jeunes entreprises soient installées dans des conditions qui leurs permettent de prendre leur envol".

 

Start-up dans la construction
Pour preuve, la société Blockbase qui développe l'application mobile collaborative "BulldozAir", destinée au suivi des chantiers en temps réel. "C'est un outil d'aide à la décision", expliquent les co-fondateurs Ali El Hariri et Maxence Lerigner. "Un accélérateur de performance pour les grands groupes de la construction, en somme", précise Bertrand Delanoë qui estime que la Ville de Paris pourrait même devenir cliente "pour stimuler ses entreprises de la construction". La start-up, qui compte neuf personnes, espère en embaucher prochainement au moins deux autres. L'incubateur sera, pour elle, l'occasion de bénéficier de locaux neufs et de services d'accompagnement (conseil, formation) à des coûts réduits. Les seules conditions à remplir pour s'installer dans la pépinière ? Répondre aux thématiques souhaitées (ville connectée, santé, aéronautique ou construction) et avoir moins de cinq ans d'existence.

 

Conserver l'esprit du lieu
Pour l'architecte de la ZAC Boucicaut, Paul Chemetov, les bâtiments symbolisent également ce passage de témoin entre l'hôpital du passé, symbole de charité, et les nouveaux édifices. "Il fallait faire un bâtiment qui intégrait, qui englobait l'ancien, en s'appuyant dessus. On retrouve la vocation charitable de l'hôpital et on a gardé l'aspect pavillonnaire qui était caractéristique de l'esprit du lieu", nous explique-t-il. Le maître d'œuvre a donc imaginé un ensemble peu dense, en préservant un vaste square central, et mêlant logements, école, crèche et locaux d'activité. "On dit 'Eco-quartier' mais c'est simplement quartier agréable qu'il faudrait dire", nous confie l'architecte qui a tenu à préserver la qualité de vie. "Le terrain aurait permis de réaliser peut-être 90.000 m² de surface construite mais nous avons choisi d'en faire 50.000 m², afin que les vues soient préservées", poursuit-il. Un concept qui semble à l'opposé de la tendance actuelle à la densification urbaine. "La densification ce n'est pas tout bourrer !", s'insurge Paul Chemetov. "C'est la variété qui est importante. De plus, il existe un stock dans les 'dents creuses' de Paris (immeubles de faible hauteur au milieu de constructions plus élevées, NdlR) de plusieurs milliers de logements", conclut l'architecte. A terme, la ZAC Boucicaut disposera de 30.000 m² de logements (400 appartements) dont plus de la moitié seront des logements sociaux, d'un square central de 3.440 m², d'une école polyvalente de 11 classes, d'une crèche municipale de 60 berceaux, d'un institut médico-éducatif et d'espaces commerciaux et d'activité.

 

Découvrez l'incubateur en images dans les pages suivantes.
actionclactionfp