Trois ans après son introduction en Bourse, le spécialiste des revêtements de sols Tarkett vient de dévoiler un nouveau plan stratégique et vise une hausse de 30 % de son chiffre d'affaires d'ici à 2020. Il mise aussi sur la poursuite de sa politique d'acquisitions.

En dévoilant, le 26 octobre 2016, son nouveau plan stratégique, le spécialiste des revêtements de sols, Tarkett, vise une hausse de 30 % de son chiffre d'affaires d'ici à 2020. Trois ans après son introduction en Bourse, le groupe, qui emploie 12.000 salariés sur ses 34 sites dans le monde, prévoit ainsi un chiffre d'affaires d'environ 3,5 milliards d'euros en 2020, tiré par les acquisitions, contre 2,7 milliards d'euros en 2015.

 

Avec son futur programme, prévu pour 2017-2020, Tarkett entend donc "continuer à générer une croissance équilibrée des revenus et des profits" d'ici à 2020, a déclaré Michel Giannuzzi, le président du directoire de Tarkett, cité dans un communiqué publié à la veille d'une présentation aux investisseurs.

 

Avant de souligner que le groupe, depuis 2013, a "réalisé une très solide performance malgré un environnement difficile dans la CEI (Ndlr : Russie et anciennes républiques soviétiques). Il a aussi "conservé ses positions de leader dans cette région, qui représentait historiquement une part importante de son activité, et est prêt à bénéficier de la reprise attendue de l'économie."

 

La poursuite de sa politique d'acquisitions confirmée jusqu'en 2020

 

Le groupe va continuer à faire de la croissance externe un pilier de son développement. Les acquisitions doivent contribuer pour 500 millions d'euros au niveau de ventes visé en 2020, alors que les marchés du groupe ont une croissance relativement faible, a ajouté le groupe Tarkett. Ces acquisitions pourraient permettre l'extension du portefeuille de produits, l'extension géographique ou viser des synergies de coûts.

 

A noter aussi : sa politique de rentabilité. Tarkett maintient pour les trois prochaines années son objectif d'une marge d'Ebitda ajustée supérieure à 12% du chiffre d'affaires, contre 10,5% l'an dernier.

 

Par ailleurs, le spécialiste de revêtement de sols a signalé, que le chiffre d'affaires du troisième trimestre affichait une baisse de 1,8% à 794,3 millions d'euros. Ce qu'il explique par une demande faible en Amérique du nord et dans le sport et par des conditions économiques toujours difficiles en Russie et au Brésil.
actionclactionfp