SOLUTION TECHNIQUE. Industrialisable, efficace et peu coûteux, le stockage d'électricité grâce à des masses de béton en mouvement serait-il la réponse idéale à l'intermittence des énergies renouvelables ? C'est ce que pense Christopher Stevens, le fondateur de Sink Float Solutions, qui nous dévoile les dessous de son système océanique qui associe barge, treuil et lests auto-flottants.

Toute la filière le sait : le principal problème des sources d'énergies renouvelables, comme le photovoltaïque ou l'éolien, sont leur variabilité. Sans vent ou sans soleil, point de production. Dès lors, le véritable enjeu de la transition est la question du stockage de l'électricité produite en excédent lorsque les conditions sont favorables. Ingénieur de formation et passionné de technologie, Christophe Stevens se penche sur cette thématique depuis 2013 : "Le stockage par batterie est coûteux et j'ai rapidement eu l'intuition qu'il était possible d'imaginer un stockage moins cher. L'idée de base est d'exploiter l'énergie potentielle de masses de béton selon un mouvement vertical". Mais où trouver un dénivelé suffisant sans bâtir de hautes superstructures ni creuser de profondes galeries ? "La profondeur moyenne de l'océan est de 4.000 mètres, le potentiel est donc immense", répond le spécialiste qui a fondé Sink Float Solutions.

 

Monter et descendre du lest sur des kilomètres de hauteur

 

Il imagine donc un système maritime, installé sur une barge munie d'un treuil-générateur capable de faire descendre et remonter des masses de béton de plusieurs dizaines de tonnes. Ces lests, en partie soutenus par des ballons-flotteurs, entraînent la génératrice au moment où ils coulent vers les abysses, à la vitesse de 8 km/h. Une fois au fond, les masses attendent le moment où de l'énergie sera disponible en surface afin de les faire remonter, grâce à la force du treuil. Le mouvement vertical d'une masse de 30 à 50 tonnes représenterait ainsi entre 1 et 2 MW de puissance électrique, selon la vitesse de translation verticale. Plusieurs masses pourraient être réparties autour d'une seule barge afin d'assurer la continuité de la production et de multiplier les capacités de stockage de cette "énergie potentielle de pesanteur".

 

Découvrez la suite de l'article dans les pages suivantes
actionclactionfp