L'énergéticien norvégien Statoil, qui a pour ambition de développer la première ferme éolienne flottante du monde, annonce vouloir relier ce futur champ à un système de stockage par batteries de forte capacité. L'ensemble constituerait ainsi le projet le plus ambitieux de cette énergie marine émergente.

Les choses se précisent autour du projet de ferme éolienne flottante Statoil en mer du Nord. Le groupe pétrolier norvégien, qui doit implanter un ensemble de cinq turbines Hywind à 25 km au large des côtes écossaises, voit grand. Il souhaite coupler le premier champ d'éoliennes offshore sans fondation à un système de stockage d'électricité par batteries lithium, nommé Batwind (aucun lien avec Batman).

 

La capacité de stockage, de 1 MWh, permettra de compenser l'intermittence de la ressource et d'optimiser l'injection sur le réseau électrique. L'exploitant espère ainsi améliorer l'efficacité de l'ensemble (en conservant l'électricité produite en surplus) et abaisser les coûts de production, en la revendant au moment le plus opportun. La ferme flottante Hywind Scotland de Peterhead, d'une puissance de 30 MW, doit entrer en service à la fin de 2017. Le système de stockage Batwind, quant à lui, sera inauguré un an plus tard. Rappelons que la ferme éolienne flottante approvisionnera environ 20.000 foyers écossais et qu'elle nécessitera un investissement de plus de 210 M€ de la part de Statoil et de ses partenaires. Techniquement, les machines seront réparties sur une zone maritime de 4 km², où la profondeur est comprise entre 95 et 120 mètres. Dans cette zone, les vents moyens sont plus soutenus que sur la côte, dépassant les 10 m/s (soit 36 km/h), tandis que les vagues moyennes y atteignent les 1,80 m d'amplitude.

 

Statoil voit déjà au-delà de l'expérimentation écossaise. Dans un second temps, après la mise en service de cette ferme pilote d'éoliennes flottantes, il s'attaquera au développement d'une ferme sur le Dogger Bank, en mer du Nord, qui comptera... 800 machines (soit 4,8 GW de puissance totale) ! Ces dernières seront déployées en quatre phases. L'ambition de l'énergéticien norvégien est d'approvisionner 5 millions de foyers grâce à ces turbines offshore au cours de la prochaine décennie.
actionclactionfp