RENCONTRE.Comme un appel au voyage, la Seine Musicale, nouveau nom du projet de la Cité musicale des Hauts-de-Seine à Boulogne-Billancourt, devrait être livrée en début d'année 2017. Première rencontre ce mercredi, devant ce "grand navire de béton" avec l'architecte japonais, Shigeru Ban, prix Pritzker 2014 et son associé, Jean de Gastines auteurs tous les deux du Centre Pompidou-Metz.

Batiactu : Après de longues années d'études et de conception, la gigantesque Cité musicale sort de terre, en quoi ce bâtiment va-t-il devenir l'un des symboles de Boulogne-Billancourt ?
Shigeru Ban et Jean de Gastines :
Il fallait surtout faire un projet qui tienne à la fois compte du programme du Conseil général des Hauts-de-Seine, qui nous avait été donné autour de la Cité Musicale, et également avoir un bâtiment iconique pour marquer cette double fonction d'entrée par la porte ouest de Paris. Il fallait aussi s'intégrer dans le plan urbain de Jean Nouvel conçu pour l'ensemble de l'île Seguin.

 

L'idée ? Créer un grand navire à travers des longs murs de béton. Un navire dont on ne s'occuperait que de la proue et que l'on met en aval, mais aussi dans l'optique de le magnifier. C'est pourquoi, tous les deux, nous avons eu l'idée de réaliser l'auditorium, comme un objet flottant au-dessus d'un bâtiment plus robuste visuellement.

 

Projet de La Seine Musicale sur l\'Ile Seguin à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) conçu par l\'architecte japonais Shigeru Ban associé à Jean de Gastines
L'architecte japonais Shigeru Ban (prix Pritzker 2014 et auteur du Centre Pompidou-Metz), associé au Français Jean de Gastines sur le projet de La Seine Musicale ce mercredi 21 septembre sur l'Ile Seguin (92). © S.C. Batiactu
Batiactu : Pourquoi avoir opté pour "un nid de bois tressé aux formes arrondies" pour cet auditorium qui reste une prouesse technique ?
Shigeru Ban et Jean de Gastines :
Il n'y a pas de prouesses techniques à proprement parlé puisque toutes sont des solutions techniques un peu compliquées, mais sont des solutions. En revanche, le challenge a été surtout de réaliser un bâtiment qui soit en cohérence avec son environnement.

 

S'agissant de l'auditorium, en forme d'œuf, nous sommes, en effet, en train de l'habiller d'une charpente en bois assez complexe recouverte d'une peau en verre. Nous avons dessiné une voile protectrice flottant au-dessus, conçue à partir de panneaux photovoltaïques.

 

L'objectif ? Obtenir une forme simple. A l'intérieur, il adoptera une géométrie plus anguleuse pour répondre aux questions acoustiques (Ndlr : un travail réalisé par les agences Nagata Acoustics et Lamoureux Acoustics). De plus, nous avons développé un assemblage fait de tubes de petites sections de bois, de carton et de papier. Avant chaque concert, les spectateurs découvriront la plasticité particulière de la salle.

 

Batiactu : Enfin, Shigeru Ban quelle est l'idée philosophique du projet ?
Shigeru Ban :
Dessiné en continuité du plan urbain conçu par Jean Nouvel pour l'ensemble de l'île, il fallait garder cette dimension industrielle. Il y a également cette orientation vers l'architecture brutaliste. Et ne vous inquiétez pas sur ce béton, il va vieillir.

 

Découvrez dès la page 2, le projet de la Seine Musicale, nouveau nom de la Cité départementale des Hauts-de-Seine, réalisée par l'architecte japonais Shigeru Ban, prix Pritzker 2014 associé au Français Jean de Gastines sur l'ancien site Renault de l'île Seguin à Boulogne-Billancourt.
actionclactionfp