En vigueur depuis le 1er janvier 2013, la RT 2012 a logiquement dû changer le quotidien des professionnels du secteur de la construction, avec son lot d'obligations pour rendre le bâtiment encore plus vert. Quel bilan en tirent les constructeurs de maisons individuelles, les architectes et les artisans ? Le RT est-elle une avancée pour tous ? Détails.

"Elle ne va pas assez loin", "On a bien d'autres soucis", "Elle est un atout pour qui veut la prendre à bras le corps", "On aurait dû aller directement à la maison passive", "L'excellence, c'est 2020"… Les commentaires sont mitigés sur la nouvelle réglementation thermique 2012, qui est en vigueur pour tous depuis le 1er janvier dernier.

 

Près d'un an après son application généralisée, et alors que les salons Batimat et Interclima+elec ont fait la part belle à ce sujet, quid de la RT 2012 sur le terrain ? Est-elle à la hauteur de ses ambitions ? Il semblerait, selon une enquête Ipsos Public Affairs/Le Moniteur que le texte et donc son application restent difficiles à digérer… Ainsi, la RT 2012 n'aurait jamais été mise en œuvre par 10% des maîtres d'œuvre, 11% des maîtres d'ouvrage et 10% des entreprises. Du côté des artisans, la situation se révèle alarmante, puisque 41% d'entre eux se disent mal informés et 46% se considéraient opérationnels au moment du sondage (13 au 30 septembre 2013).

 

Artisans qui rient, artisans qui pleurent
Interrogés à la volée dans les allées du salon Batimat, certains artisans ne voulaient même pas évoquer le sujet. Priorité à l'emploi, la TVA ou la concurrence déloyale, déclaraient-ils. D'autres dressaient un bilan plus positif. "Nous travaillons avec des artisans que nous avons formés, qui veulent aller de l'avant et qui s'impliquent", nous confie, Benoît Raccosta, directeur projets chez le constructeur de maisons individuelles Mas Provence. Avoir l'envie, voilà peut-être le secret pour les artisans pour affronter cette montagne qu'est la RT 2012. Un menuisier rencontré sur le salon nous expliquait que sa profession était sans doute la plus au fait de la réglementation, que les contraintes apparentes pouvaient tourner à son avantage avec beaucoup de formation, d'information et de travail avec ses confrères d'autres corps de métier.

 

Un postulat que nous confirme Patrice Bideau, architecte dans la région Ouest : "La RT 2012 donne une ligne directrice, elle oblige à être performant sur la notion de bioclimatique et donc à favoriser le travail d'équipe. Elle met en commun les savoir-faire des architectes, BET et artisans afin que tous transmettent leurs réflexions". Pour lui, l'autre secret est de "rester à l'affût", "d'aller piocher à gauche et à droite, de lire et de s'informer au maximum". Et d'ajouter : "Après, c'est la culture et la compétence du professionnel qui entrent en jeu".
Etre proactif et dynamique, c'est aussi le credo chez Mas Provence. "La RT 2012, c'est un cercle vertueux : soit on la subissait, soit on était des acteurs à part entière. Nous avons choisi cette dernière option. Et on est fier aujourd'hui de vous annoncer que nous venons de réceptionner notre première maison Effinergie+", explique Benoît Raccosta.

 

On ne pourra pas reporter indéfiniment
Intégrer en amont, anticiper, s'être préparé… Les professionnels du bâtiment n'ont eu finalement que peu de temps pour aborder sereinement la RT 2012, depuis son lancement lors du Grenelle de l'Environnement en 2007. Bien moins de temps que leurs confrères d'outre-Rhin, par exemple. Ce qui cause bien des disparités entre ceux qui sont opérationnels et les autres.

 

Lire la suite en page 2.
actionclactionfp