Les autorités égyptiennes ont lancé le début des célébrations du "nouveau" canal de Suez, dont l'inauguration officielle est prévue pour le 6 août 2015. Plus de 210 millions de tonnes de sable ont été extraites afin d'augmenter la capacité de transit de cet axe de circulation maritime d'importance mondiale. Les travaux sur les autres canaux - Panama et Nicaragua - se poursuivent également.

Tout doit être prêt pour le 6 août 2015, un an jour pour jour après le lancement des travaux d'élargissement du chenal. L'autorité du canal du Suez (ACS) a lancé, le 13 juin, les célébrations entourant l'entrée en service du nouvel ouvrage de 72 km de long, entre la mer Rouge et la Méditerranée. "Le nouveau canal de Suez est bien plus qu'une nouvelle voie de navigation et un joyau d'ingénierie. C'est un catalyseur pour le peuple égyptien, une nouvelle source de fierté et la promesse d'un avenir plus prospère", a notamment déclaré l'amiral Mohab Mameesh, président-directeur général de l'ACS.

Une souscription nationale pour lancer le chantier

Canal de Suez
Canal de Suez © Team WPP
"Le projet est achevé à plus de 80 %, et ce pourcentage continue d'augmenter, avec plus de 210 millions de tonnes de sable extraites à ce jour", précise-t-il. Symbole de la nouvelle Egypte, voulue par le président Abdel Fattah El-Sisi, le nouveau canal "devra contribuer à l'essor de l'économie et de la société pour des décennies à venir", affirment les autorités. Le doublement de la capacité de l'ouvrage doit permettre une augmentation substantielle des revenus de l'ACS : il devrait passer de 4,72 Mrds € en 2015 à 11,75 Mrds € en 2023. D'autant que le projet est complété par la mise en place d'une zone industrielle tout au long du canal qui comprendra "un large spectre d'activités, notamment la fabrication, la logistique, la réparation de navires", promet l'ACS. De quoi susciter des investissements et créer des emplois, espèrent les autorités.

 

Le projet de doublement avait débuté par le lancement d'une souscription nationale afin de lever les fonds nécessaires : en six jours, 7,56 Mrds € ont été récoltés, permettant de lancer rapidement les travaux. L'ACS tient également à souligner que "malgré les estimations initiales évaluant la durée du projet à trois ans, il sera achevé en moins de 12 mois, ce qui représente un réel défi humain et technique".

 

Les canaux de Panama et du Nicaragua avancent également
Les travaux d'élargissement de l'autre grand canal mondial, celui de Panama, se poursuivent : le consortium international en charge (Sacyr, Salini Impregilio, Jan de Nul, Constructora Urbana) annonce avoir entamé la mise en eau d'une écluse côté Atlantique afin de réaliser les premiers essais. L'opération, qui a débuté le 11 juin dernier, consiste à ouvrir cinq vannes sur l'écluse de Gatun, qui inonderont les deux premières chambres avec un débit de 50.000 m3/heure. Le remplissage initial nécessitera cinq jours (et 5 millions de m3) mais les conclusions ne seront pas validées avant deux ou trois mois. Des essais auront lieu avant la fin de l'année, puis l'an prochain avec les premiers (petits) navires. L'ouverture officielle est attendue pour le 1er avril 2016, après neuf ans de travaux. L'élargissement du canal panaméen, d'un coût estimé à 4,67 Mrds €, permettra le passage de navires porte-containers d'une jauge bien supérieure. L'Etat centraméricain espère tripler ses revenus.

 

Son futur rival, le canal du Nicaragua, est également rentré dans une nouvelle phase. Le groupe chinois HKND, chargé de percer le nouveau passage entre Atlantique et Pacifique puis de l'exploiter pendant 50 ans, a remis son rapport d'impact environnemental et social. Les dimensions pharaoniques du projet (278 km de long, 500 mètres de large en moyenne, soit trois fois plus que le canal de Panama) font redouter une catastrophe écologique aux populations locales. Prévu pour 2019, il devrait coûter 44,5 Mrds €, en faisant un des plus gros chantiers d'infrastructure du monde.

 

actionclactionfp