Sur les neuf premiers mois de l'année, les différentes divisions du groupe Vinci connaissent des tendances divergentes : si la branche Contracting (construction, énergie, rail) connait une baisse d'activité, la branche Concessions, elle, est en croissance, tout comme l'Immobilier. Au global, le chiffre d'affaires se tasse légèrement. Détails.

Avec 27,6 Mrds € engrangés sur neuf mois en 2016, contre 28,1 Mrds € sur la même période en 2015, l'exercice semble légèrement moins bon pour Vinci (-2,9 % à périmètre comparable). Pour autant, la diversification des activités permet au groupe de BTP et concessions d'amortir les difficultés d'un secteur grâce aux résultats des autres divisions.

 

Moins de construction, plus de concession

 

Dans le détail, la principale branche du groupe, celle du "Contracting", est en repli notable (-5 %) avec 22,7 Mrds € de CA sur neuf mois. L'ensemble de ses composantes connaissent des baisses d'activité, qu'il s'agisse de Vinci Construction (9,77 Mrds € ; -8,4 %), Vinci Energies (7,4 Mrds € ; -1,6 %) ou Eurovia (5,55 Mrds € ; -2,8 %). Pour Vinci Construction, cette baisse est constatée en France (5 Mrds € ; -8,9 %) autant qu'à l'international (4,73 Mrds € ; -8 %). Le groupe évoque la situation du marché français de la construction, "contrastée selon les métiers et les régions" et "l'achèvement des travaux de génie civil et de terrassement du projet SEA", et celle des marchés export avec une activité "pénalisée par la baisse des prix du pétrole et du gaz qui affecte principalement Entrepose ainsi que certaines implantations de Sogea-Satom en Afrique". Pour Vinci Energies, le chiffre d'affaires ressort en baisse en France (-1,9 %), "traduisant des évolutions différentes selon les secteurs : quasi-stabilité dans le tertiaire, léger recul dans les infrastructures et l'industrie, baisse plus marquée dans les télécommunications" ainsi qu'à l'international (-1,2 %). L'activité a été dynamique en Europe du sud et au Benelux, mais pas suffisamment pour compenser la baisse enregistrée en Allemagne, Europe centrale et hors d'Europe. Enfin, concernant Eurovia, le CA est aussi en baisse en France (3,1 Mrds € ; -4,8 %), en raison de "la diminution des travaux ferroviaires réalisés sur le projet SEA en voie d'achèvement", et à l'international (2,4 Mrds € ; -2,6 %), "compte tenu d'effets de change défavorables". Cependant, Vinci souligne que "les progressions enregistrées aux Etats-Unis, Chili, Allemagne et Royaume-Uni ont compensé les baisses d'activité en Europe centrale, Espagne et Canada".

 

La seconde branche, celle des "Concessions", se porte de mieux en mieux (+6,1 %), totalisant 4,79 Mrds € de revenus sur neuf mois. Vinci Autoroutes (3,9 Mrds € ; +4,8 %) a vu les trafics augmenter, soutenus par une bonne météo et des prix de carburants faibles. De même, Vinci Airports (764 M€ ; +12,9 %) a connu une hausse du trafic aéroportuaire, principalement au Portugal, au Cambodge, en France et en République dominicaine. La troisième et dernière branche du groupe, "Vinci Immobilier", est, elle-aussi en progrès à 438 M€ (+10,4 %), soutenue par la reprise de l'immobilier résidentiel en France. "Les réservations cumulées à fin septembre s'élèvent à plus de 3.500 lots, en augmentation de 29 % par rapport à la même période sur l'exercice précédent", note le rapport trimestriel.

 

Un CA en légère baisse mais de meilleures marges

 

Concernant les prises de commandes, elles atteignent les 23,8 Mrds € pour le Contracting, avec là encore des résultats contrastés selon les pôles et les zones géographiques : -3 % pour Vinci Construction, mais +4 % pour Vinci Energies et +3 % pour Eurovia. Le carnet de commandes atteignait ainsi les 27,9 Mrds €, ce qui représente 11 mois d'activité moyenne pour la branche. Pour le marché français, le groupe de BTP détaille : "Vinci Construction France a enregistré ses premières commandes dans le cadre des infrastructures du Grand Paris et bénéficie d'une reprise d'activité dans le secteur du bâtiment résidentiel".

 

Vinci explique accélérer son développement dans les concessions, avec l'acquisition en cours d'une section du périphérique de Lima (Pérou), d'une future autoroute en Colombie et de parts de la société des Aéroports de Lyon. Pour les activités de construction, le groupe explique avoir poursuivi la mise en œuvre de mesures d'adaptation dans les implantations touchées par les baisses d'activités (France et pays producteurs de pétrole), afin de redresser les marges, tandis que des développements seront menés dans les autres segments plus porteurs. Les perspectives annuelles pour 2016 sont donc maintenues, avec une baisse du chiffre d'affaires mais une progression du résultat net : "Sur un marché en voie de stabilisation dans le contracting en France, mais toujours incertain dans certaines zones à l'international dépendantes du prix du pétrole, le climat concurrentiel reste tendu. Toutefois, les efforts de productivité menés par les entreprises du groupe permettent d'entrevoir une légère amélioration des marges".
actionclactionfp