RENCONTRE EXCLUSIVE. Pour "gagner en efficacité et anticiper les besoins de surfaces", Foncière des Régions a créé, en 2016, une direction de l'innovation. Son directeur Philippe Boyer et Olivier Estève, directeur général délégué du groupe immobilier nous expliquent quels sont les cinq piliers pour construire les bâtiments de bureaux de demain.

Que ce soit dans le secteur de l'immobilier de bureaux ou du logement, les nouvelles opportunités sont nombreuses, grâce à l'innovation. "Pour gagner en efficacité et anticiper les besoins de surfaces", Foncière des Régions, qui détient un patrimoine de 21 milliards d'euros (Cf page 5), en croissance sur six mois, notamment, sur Paris, Milan et Berlin, a décidé d'accélérer sa politique d'innovation. Une direction a alors été créée, il y a un an, sous la responsabilité de Philippe Boyer, qui en lien avec l'ensemble des directions de la Foncière des Régions, a pour mission de coordonner et piloter la démarche d'innovation du groupe.

 

Un document confidentiel qui explore les objectifs du bâtiment de demain

 

"Nous avons travaillé, durant cinq mois en 2016, à l'élaboration d'un document interne, confidentiel qui explore les objectifs du bâtiment de demain, nous explique, le 21 juillet 2017, Philippe Boyer, directeur de l'innovation de Foncière des Régions. Pour nous, ce sont cinq axes très forts qui reposent sur la flexibilité par rapport aux usages, aux performances énergétiques, à la connectivité, à un bâtiment connecté et serviciel et enfin dernier point, il est capital, que l'on construise un bâtiment tourné vers la Ville."

 

L'ambition est claire : "Décliner ces documents internes sur les documents opérationnels d'exécution que l'on confie aux entreprises générales ou aux architectes… Car l'important est d'emmener avec nous l'éco-système de la construction !"

 

"Pour chacun de ces enjeux, nous avons défini des pistes de travail incontournables, par exemple, sur la climatisation, la manière d'aménager des plateaux, souligne-t-il. Nous avons aussi listé des lignes de forces sur les faux plafonds et les faux planchers pour faire en sorte que le bâtiment soit livré vide comme cela se pratique aux Etats-Unis. Pourquoi ? C'est tout d'abord une source d'économie. Deuxième raison, lorsque l'on accompagne le locataire, on constate que très souvent ce dernier va vouloir repenser les aménagements prestations. Ainsi, il faut essayer de repenser les façons dont nous livrons un bâtiment afin que les utilisateurs puissent aménager les lieux conformément à leurs attentes."

 

Découvrir la suite de l'article dès la page 2.

actionclactionfp