A Singapour les autorités ont entrepris de transformer la cité-état en cité-jardin. Dans les immenses Gardens by the Bay, 18 super-arbres artificiels de 25 à 50 mètres ont été construits. Ces structures de béton et de métal abritent des milliers de plantes tropicales et fournissent de l'électricité grâce à des panneaux photovoltaïques. Une interprétation moderne de la forêt équatoriale.

Comment marier modernité et environnement ? A Singapour, on opte pour la forêt artificielle dotée d'immenses structures d'acier qui abritent à la fois des plantes tropicales et des installations hi-tech de production d'énergie verte. Les autorités singapouriennes ont en effet décidé de transformer leur cité-jardin en « cité dans un jardin » grâce à la création de vastes parcs paysagers. Les « Gardens of the Bay » ont ouvert à la fin de 2011 et devraient, in fine, s'étendre sur plus de 100 hectares. Diverses serres futuristes proposent des jardins thématiques : le « Flower Dome » offre un environnement semi-aride méditerranéen, tandis que la « Cloud Forest » simule un environnement de montagne tropicale, recréant des ambiances que l'on trouve sur des sommets entre 1.000 et 3.000 mètres d'altitude.

 

Des « super arbres » en béton et acier
Mais les structures les plus emblématiques et les plus visibles, ouvertes au public depuis la fin du mois de juin 2012, sont les dix-huit arbres artificiels de 25 à 50 mètres de haut. Imaginés par le cabinet d'architecture britannique Grant Associates, et conçus par les ingénieurs de l'Atelier One, les « supertrees » sont des structures qui reprennent la forme d'arbres de grande taille, à la ramure étalée. Tout le long du tronc, un treillis métallique permet de faire pousser de véritables plantes tropicales : orchidées, l'emblème de Singapour, broméliacées, fougères, vigne sauvage, etc. En tout, près de 163.000 plants de plus de 200 espèces et variétés grimpantes différentes, venues de tous les continents mais toutes adaptées à la vie équatoriale, l'île étant située à seulement 1° de latitude Nord. Les super-arbres cachent également, pour onze d'entre eux, des installations photovoltaïques qui, à l'instar de véritables feuillages réalisant la photosynthèse - permettent de fournir de l'énergie. Cette électricité, une fois la nuit tombée, est transformée en jeux de lumières et en ambiance sonore rendant alors l'endroit féérique. Les concepteurs ont même installé une promenade suspendue à 22 mètres du sol, entre deux arbres de 42 mètres haut, qui serpente dans les airs. Et le plus haut de la forêt permet de profiter d'une vue panoramique, et d'une cafétéria, à 50 mètres du sol.

 

Esthétiques et écologiques à la fois
Les super-arbres sont réalisés autour d'un noyau en béton qui supporte une structure de métal. Les ramifications aériennes servent de système d'évaporation qui permet de réguler la température des deux serres voisines, d'une surface totale de 2 hectares. En tout, l'investissement pour la réalisation de la première tranche du parc (54 hectares soit à peine la moitié du projet), se monte déjà à plus de 637 M€. Heureusement que pour Singapour, l'économie est restée florissante : en 2011, année record pour le tourisme local, la cité-état a attiré 13,2 millions de visiteurs en provenance d'Indonésie, de Chine, de Malaisie et d'Australie.

 

Les super-arbres en chiffres :
• 18 superstructures de 25 à 50 mètres de haut (12 dans la Supertree Grove, 3 dans les Golden Gardens et 3 dans les Silver Gardens) ;
• promenade suspendue de 128 mètres de long entre deux arbres de 42 mètres de haut ;
• 162.900 plantes de 200 espèces et variétés différentes.

 

Découvrir ces super-arbres étonnants dans les pages suivantes.
actionclactionfp