Onze ouvriers lettons travaillant sur le chantier du futur hôpital de Metz ont décidé d'intenter une action en justice contre leur employeur, une société luxembourgeoise. Il s'estiment sous-payés, surexploités et mal logés.

Des ouvriers lettons d'un chantier d'un hôpital à Metz ont intenté une action en justice contre leur employeur, Bamolux, une société luxembourgeoise. Selon leur avocat, ils s'estiment sous-payés, surexploités et mal logés : depuis un mois, ils «ont touché 150 à 200 euros en liquide, ce qui ne rembourse même pas l'essence», explique Maître Florent Kahn. Avant d'ajouter : «Ils travaillent 11 heures par jour, six jours sur sept, et vivent à 11 dans un deux-pièces de 30 m2 qui ne répond pas aux normes d'hygiène et de décence: ils dorment sur des matelas pneumatiques». Pour se défendre, la société luxembourgeoise a déclaré à l'AFP que les ouvriers sont sous contrat, sans toutefois avoir été payés, «mais ils le seront la semaine prochaine».

 

A noter que la société Bamolux est elle-même sous-traitante d'une entreprise d'isolation et de plâtrerie. Quant à l'hôpital, il est prévu qu'il soit terminé fin 2010.
actionclactionfp