Dans ces conditions, les autres solutions de "protection individuelles adaptées" les plus connues sont : abris, vêtements chauds, gants, bottes fourrées, bonnet. Prendre régulièrement des "boissons chaudes" à l'intérieur d'un abri est fortement conseillé.

 


Le petit coup de "gnole" sur le chantier à éviter

 

Ce sont autant d'éléments qui doivent être pris en compte dans la planification des tâches et l'organisation générale du travail. Et le petit coup de "gnole" sur le chantier est à éviter... "L'alcool déshydrate et donne une fausse sensation de chaleur et incite à se découvrir et donc à se refroidir encore plus", signale l'OPPBTP, le conseil de la branche du BTP en matière de prévention et de sécurité au travail, santé et amélioration des conditions de travail.

 

Le code du travail ne prévoit donc pas de valeur seuil de température pour le travail en extérieur.(Cf page 3). Il faut toutefois garder à l'esprit que l'employeur a une obligation de résultats en matière de sécurité pour ses salariés. Il doit veiller à la santé des travailleurs et à leur protection. Ce principe général vaut évidemment pour l'exposition des travailleurs au froid ou dans le froid.

 

Le code du travail prévoit que les locaux de travail doivent êtres chauffés durant la saison froide, et que des moyens de chauffage suffisants soient aménagés pour les employés à l'intérieur de l'établissement (articles R. 4423-13 et D. 4153-19).

 

"Pour rappel, un décret impose aux entreprises de prévoir un local ou des aménagements de chantier pour protéger leurs travailleurs contre des conditions climatiques menaçant leur santé ou leur sécurité, nous expliquait au cours de l'hiver 2012 une journaliste juridique aux Editions Tissot. L'employeur doit inscrire dans le document unique les risques liés aux ambiances thermiques (froid, chaud, vent...) et prévoir des solutions préventives."

 

Dans le BTP, l'entrepreneur, sous certaines conditions strictes, peut décider d'arrêter le travail pour "intempéries" (article L. 5424-9 du code du travail). Cet arrêt de l'activité décidé par l'entreprise ouvre droit au chômage dit "intempérie" pour les salariés alors privés d'emploi, rappelle l'organisme de prévention du BTP, OPPBTP.

 

Des normes ergonomiques au service des entreprises

 

Au niveau des recommandations, la norme NF EN ISO 15743 "Ergonomie des ambiances thermiques - Lieux de travail dans le froid - Évaluation et management des risques", publiée en septembre 2008 fournit des repères pour organiser le travail en situation de froid. Cet outil permet aux salariés et employeurs de réfléchir et envisager l'évaluation des risques dans ce contexte.

 

Découvrez la suite de l'article en page 3
actioncl