Sans le vouloir, un architecte uruguayen a dessiné une tour qui se révèle être un four solaire pour son voisinage. Quelques jours par an, à certaines heures, les rayons de l'astre du jour se concentrent sur la façade concave du gratte-ciel et brûlent tout ce qui se trouve à proximité, du véhicule en stationnement à la toiture de l'immeuble situé de l'autre côté de la rue.

20 Fenchurch Street : voilà une adresse qui pourrait abriter une base secrète de méchant dans un futur James Bond. Secrète, car à première vue, on ne distingue qu'une grande tour de 160 mètres d'acier et de verre en construction, en plein cœur de la City londonienne. Mais, quelques jours par an, l'inoffensif (mais imposant) gratte-ciel aux formes évasées se transforme en arme de destruction massive. Sa façade concave devient un gigantesque four solaire, concentrant les rayons en un point focal qui brûlerait tout sur son passage. "Le phénomène est causé par l'élévation (la position, NdlR) actuelle du Soleil dans le ciel", expliquent les sociétés Land Securities et Canary Wharf Group, les promoteurs du projet. "Il se produit quotidiennement pendant deux heures environ. Une modélisation initiale tend à indiquer qu'il pourrait durer deux à trois semaines".

 

Pas de quoi rassurer les voisins de cette encombrante tour. Trois parkings situés en contrebas auraient été fermés à titre de précaution, en accord avec les autorités municipales, suite à deux incidents constatés par des automobilistes. Selon The Independant, le propriétaire d'un van aurait vu le tableau de bord de son véhicule fondre sous l'effet de la chaleur. Et la semaine dernière, c'est le conducteur d'une Jaguar qui aurait retrouvé sa luxueuse voiture endommagée par le "super-rayon solaire" au niveau des rétroviseurs, en une heure seulement ! Conscients du problème, les promoteurs ont consenti à prendre en charge les réparations d'un montant de plus de 1.100 € et ont commencé à rechercher "une solution de long terme" afin d'éviter que le four solaire ne cuise autre chose.

 

Des choix architecturaux assumés
Œuvre de l'architecte Rafael Viñoly, le 20 Fenchurch Street est une tour de 34 étages à noyau béton et façades et planchers en structure acier. Ses courbes, qui vont en s'élargissant vers le sommet, étaient censées permettre de limiter l'emprise au sol du bâtiment tout en maximisant les surfaces disponibles dans les étages. Les plateaux s'échelonnent ainsi de 1.300 à 2.600 m². Les trois derniers niveaux accueilleront même le plus haut jardin public de la capitale britannique. Mais, depuis les débuts du projet, le dessin ne fait pas l'unanimité dans un quartier situé juste derrière la Tour de Londres et qui se hérisse, depuis quelques années, de nombreuses tours au design parfois surprenant. L'immeuble en construction, qui ne sera achevé qu'en mars 2014, a notamment déjà gagné les surnoms peu flatteurs de "Talkie Walkie" ou de "Pinte de bière"…

 

Mais l'uruguayen n'en serait pas à son coup d'essai. Une de ses précédentes réalisations, l'hôtel Vdara de Las Vegas, possède également une façade concave qui agirait comme un miroir parabolique engendrant un autre "rayon de la mort", perturbant le travail des employés aux alentours de la piscine à certaines heures de la journée… L'architecte envisagerait-il de se reconvertir dans la défense spatiale ?
actionclactionfp