Une fois la conception bioclimatique du bâtiment optimisée, l'heure est au choix des installations de chauffage et d'eau chaude sanitaire qui garantissent une réduction des consommations énergétiques de l'habitat. La nouvelle réglementation fait également la part belle aux énergies renouvelables, dont elle préconise l'utilisation d'au moins un procédé. Détails.

A priori, toutes les énergies sont compatibles avec la RT 2012. Mais, note l'étude BTP Banque/FFB (Bâtimétiers - décembre 2012), "le taux de conversion utilisé pour exprimer les consommations en énergie primaire limitent certaines applications de l'énergie électrique, comme l'effet joule, d'où l'intérêt des équipements thermodynamiques (pompes à chaleur), dont le coefficient de performance compense le taux de conversion de l'énergie consommée en énergie primaire". Cependant, dans la pratique, le choix se fait davantage au cas par cas et en fonction de la zone climatique.

 

Avant toute chose, la sélection d'un système de production de chauffage doit être associée à son réseau de distribution et de régulation. Ainsi, les solutions envisagées pour les constructions RT 2012 sont les suivantes : chaudière à condensation, chaudière bois, pompe à chaleur, raccordement réseau de chaleur, poêle à bois ou insert. Les planchers chauffants, électriques ou à eau, sont également envisageables.

 

Plusieurs solutions de chauffage
En détail, grâce à son système de récupération, une chaudière à condensation garantit un rendement supérieur à 100% en régime nominal. Concernant la chaudière bois automatisée, elle assure la valorisation d'une énergie renouvelable (EnR) à performance énergétique élevée, comme l'exige la RT 2012. La pompe à chaleur valorise, quant à elle, des apports d'énergie gratuits (eau, air, sol), tandis que le raccordement au réseau de chaleur favorise les EnR ou l'utilisation de déchets, tout en permettant de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre. Enfin, le poêle ou l'insert à bois se révèlent une solution intéressante pour valoriser le bois et assurer un confort thermique, au vu du peu de besoin de chauffage en maison individuelle RT 2012.

 

En chiffres, la dernière étude Céquami a observé une nette baisse de la proportion de maisons utilisant les bouquets de solutions "Pompe à chaleur + ECS thermodynamique" et "PAC+ECS solaire". C'est la chaudière à gaz, fournissant l'eau chaude sanitaire et le chauffage qui a pris le relais, une solution "plus économique et mieux maîtrisée par les professionnels, plutôt logique avec le contexte économique tendu de l'année 2012", analyse l'étude. Bien qu'en recul, le recours à l'électricité reste encore important pour le chauffage (39 %) tandis que le bois a connu une progression (10 %).

 

Fin de l'électrique ?
La RT 2012 a-t-elle sonné le glas des solutions électriques ? Non, se défendent les intéressés, qui précisent que l'avènement des systèmes hybrides, par exemple, utilisent à l'origine de l'électricité, à l'instar des pompes à chaleur ou des systèmes de géothermie. Non, clament également les fabricants de systèmes de planchers rayonnants électriques (PRE), qui, avec l'arrivée de la RT 2012, ont vu leur activité en nette régression. "Les PRE ne sont pas interdits dans la nouvelle réglementation. Au contraire, il est même possible de les utiliser", nous explique le groupe Deléage, leader en France sur ce marché.

 

Lire la suite en page 2.
actionclactionfp