La sécurité privée est un marché qui ne connaît pas la crise : après avoir progressé de +1,8 % en 2013 et de +2,1 % en 2014, il devrait poursuivre sa croissance en 2015 et 2016. Toutefois, la rentabilité s'effrite, du fait d'une concurrence acharnée. Une tendance qui affecte la quasi-totalité des secteurs d'activité, qu'il s'agisse de sécurité électronique, physique ou de surveillance humaine.

Le marché de la sécurité privée, qui regroupé la sûreté, la sécurité incendie et la protection de l'homme, est un marché qui progresse toujours plus vite que le PIB en France. En 2014, sa croissance a été de +2,1 % pour atteindre un chiffre d'affaires global de 24,4 Mrds €, selon l'étude annuelle parue dans l'Atlas 2015 d'En toute sécurité, à l'occasion du salon APS, qui se tient à la porte de Versailles, à partir de ce mardi 29 septembre.

 

Ce chiffre regroupe trois catégories de produits et services : la sécurité/sûreté (19,1 Mrds €, +3,2 %), la sécurité incendie (2,9 Mrds €, 0 %) et la protection de l'homme au travail (2,4 Mrds €, +1,7 %). Le premier de ces trois marchés regroupe essentiellement les activités de sécurité électronique (alarme, contrôle d'accès, vidéosurveillance, télésurveillance), de surveillance humaine, de sécurité intérieure, de serrurerie, de transports de fonds… Au sein de ces activités, c'est la télésurveillance résidentielle qui a le plus progressé en 2014 (+12,2 %), devant la cybersécurité (+4,8 %) et le contrôle d'accès (+3,2 %). Les performances se sont nettement améliorées par rapport à 2013, puisque seulement quatre branches sont en décroissance (formation, intervention sur alarme, protection rapprochée et serrurerie). La sécurité électronique progresse rapidement (+5,5 % en moyenne sur les dix dernières années) : cette année, elle représentera 52 % du chiffre d'affaires de la profession, contre seulement 26 % en 1995.

 

Toujours plus de sécurité

 

La rentabilité des entreprises de sécurité s'est dégradée en 2014 : 64 % d'entre elles ont affiché des bénéfices contre 73 % en 2013 et 68 % l'année précédente. "Ce résultat morose démontre que la concurrence reste rude et contribue à peser sur les marges des sociétés, tandis que la longue succession d'années de croissance molle a malmené les finances de nombreux acteurs. Cette tendance affecte la quasi-totalité des secteurs d'activité", précise l'étude.

 

Concernant les perspectives, le document explique : "La sécurité privée devra répondre à une demande en forte évolution, notamment en raison des menaces terroristes qui prennent de l'ampleur. Les dépenses de sécurité vont être plus massives dans les infrastructures de transport notamment ferroviaires, les sites classés Seveso ou les sites militaires qui ont fait l'objet d'attaques récentes. Sans oublier la cybersécurité qui focalise l'attention des donneurs d'ordres". La croissance du chiffre d'affaires de la profession devrait croître encore en 2015 (+3 %) et se situer aux alentours de +4 % en 2016. Les secteurs les plus dynamiques devraient être les drones de surveillance, la cybersécurité, la vidéosurveillance, la télésurveillance résidentielle et le contrôle d'accès.
actionclactionfp