Le premier conseil d'administration du Syndicat français des métiers de la résine (SFMR) se tient ce mardi, et entérinera l'élection de Christophe Martz au poste de Président. Pour Batiactu, il détaille les missions et actions à venir de ce syndicat. Interview.

Créé en janvier dernier, le Syndicat français des métiers de la résine (SFMR)* tiendra son premier conseil d'administration ce mardi 25 juin 2013. Christophe Martz, Président de Sol Solution ainsi que de Sol Solution Agro et gérant de Terrazzo West, dont les sièges sociaux sont situés à Saint-Herblain (44), nous dévoile le programme d'actions du syndicat.

 

Batiactu : Quel sera le rôle du Syndicat des métiers de la résine, alors que l'Association française des formulateurs et applicateurs de résine perdurera ?
Christophe Martz :
En effet, l'Affar sera conservée, car le nom est connu désormais et que l'on ne veut pas perturber les professionnels habitués à cette entité. L'association et le syndicat vont donc fonctionner ensemble dès à présent. L'intérêt du Syndicat, c'est qu'il va pouvoir prendre en main son métier, c'est la force du syndicat par rapport à l'association qui ne va plus gérer que l'aspect communication.
Quant au rôle du SFMR, il sera de servir ses adhérents, dont le métier commence à connaître un fort engouement. Il faut donc qu'il soit mieux cadré. Ensuite, le SFMR a l'intention de mettre en place des formations de collaborateurs, qui existent déjà au sein de l'Affar mais qui manquent de communication. Je vous rappelle que les métiers de la résine ne bénéficient aujourd'hui d'aucune formation et d'écoles ! Le Syndicat aura également pour mission de défendre qualitativement la profession, de collaborer au sein du pôle Gros Œuvre auquel il est rattaché, et surtout de continuer à communiquer.

 

Batiactu : Que représente le Syndicat des métiers de la résine en termes économiques ?
C. M. :
Le fait est qu'il réunit un grand nombre d'entreprises, soit spécialisées uniquement dans la résine, soit qui ont de multiples d'activité : sols, carrelage… Si l'on prend en compte la catégorie de la nomenclature APE des métiers "Travaux de sols", cela rassemble quelque 300 entreprises avec une activité "résine" qui relève du seul bâtiment. Il y a, en outre, environ un millier d'entreprises qui font de la résine une fois par an…

 

christophe Martz
Christophe Martz, Président du Syndicat français des métiers de la résine © FFB
Batiactu : Comment expliquez-vous le "fort engouement" pour l'activité "résine" ?
C. M. :
C'est un succès à double tranchant. Car la facilité de pose apparente a fait que la formation a été totalement délaissée, de même qu'il n'existe pas - comme je vous le disais - d'école pour former aux métiers de la résine. En revanche, le côté décoration/design du produit a plu rapidement. Enfin, il ne faut pas oublier que c'est un produit technique avant tout, surtout lorsqu'il est utilisé dans les milieux agro-alimentaires et industriels.
Les prescripteurs sont d'ailleurs très attirés par la résine. Les architectes pour les bâtiments privés, publics ou tertiaires, et les bureaux d'études et d'ingénierie pour les locaux agro-alimentaires et industriels. La résine est un revêtement qui a obtenu un DTU et des Avis Techniques, et qui répond à des classements. En cela, il est gage de sécurité pour les installateurs.

 

Batiactu : La résine est-elle soumise à de lourdes contraintes en matière de réglementation?
C. M. :
Oui de par sa particularité de pose, puisque le revêtement est fabriqué in situ, ce qui implique des notions d'application et de pose, souvent assurées par les formulateurs eux-mêmes. De plus, ce revêtement est très sensible à l'environnement du chantier (poussière, température, hygrométrie, …). Les métiers de la résine bénéficient également de la garantie décennale. C'est d'ailleurs cela qui a motivé les adhérents à rejoindre le pôle Gros Œuvre. De plus, nous allons entamer un travail important avec le CSTB pour lancer des programmes qui iront dans le sens de la sécurisation des métiers et des produits. N'oublions pas que c'est un métier de spécialité.

 

*Le S.F.M.R. réunit les acteurs de la filière des résines synthétiques : fabricants d'agrégats et matières premières, fabricants de matériels et matériaux, formulateurs, préparateurs de surface, applicateurs de résines de synthèse. Il prend le relais de l'Association Française des Formulateurs et Applicateurs de Résine (AFFAR) créée en septembre 1997, accueilli au sein de la FFB en avril 2003. Conçu pour fonctionner au sein du réseau FFB, il a acquis le statut de membre associé.

actionclactionfp