CHANTIERS. Dans le cadre du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) annonce avoir déjà validé 80 projets, ce qui correspond à environ 2 milliards d'euros de financements, mis à disposition des collectivités territoriales pour amorcer les chantiers de régénération des quartiers.

Le NPNRU continue sur sa lancée. Sur les quatre derniers mois, 80 projets de rénovation urbaine ont été ratifiés, soit une enveloppe d'environ 2 milliards d'euros de financements à destination des collectivités territoriales pour leur permettre de lancer les travaux de renouvellement des quartiers. C'est ce qu'annonce l'ANRU dans un communiqué, lequel précise que ces validations "se concrétisent notamment par la signature de nombreuses déclarations d'engagement qui se succèdent sur l'ensemble du territoire […]". En effet, à l'échelle nationale, quatre projets - intégrant plusieurs quartiers d'intérêt national et régional - ont reçu le feu vert de l'Agence au mois de septembre 2018 : les agglomérations de Nantes (533 millions d'euros d'investissements tous financeurs confondus), de Reims (326 millions d'euros), de Saint-Fons (dans le Rhône, 180 millions) et de Nanterre (74 millions). L'ANRU participera à hauteur de 321 millions à ces projets, lesquels devraient engendrer plus de 1,1 milliard d'euros de travaux. Avant septembre, l'Agence avait déjà conclu pour 1,5 milliard d'euros de chantiers.

 

Une enveloppe de 533 millions d'euros pour l'agglomération nantaise

 

Parmi les projets validés en septembre, l'agglomération de Nantes représente la plus grosse enveloppe, avec 533 millions d'euros d'investissements. Sur cette somme, l'Agence déboursera 158 millions, comme l'indique Olivier Klein, président de l'ANRU : "Ces financements vont permettre le lancement des chantiers dans les meilleurs délais dans les quartiers nantais. Ici comme ailleurs, les habitants sont en attente de signaux positifs rapidement". Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, abonde en ce sens : "L'apport conséquent de l'ANRU nous accompagne fortement dans notre volonté d'avoir le même niveau d'ambition sur les quatre quartiers prioritaires que sur les sept autres de la ville".

 

Modification des conditions de financement et de la méthode de validation des projets

 

D'après l'Agence, les validations de projets de rénovation urbaine sont désormais accélérées, suite à l'amélioration des conditions de financement des opérations votées par le conseil d'administration de l'ANRU en mai dernier, une ratification qui faisait elle-même suite au doublement de l'enveloppe du NPNRU annoncée par le président de la République. De même, la méthode de validation a également changé, après une décision du conseil d'administration de septembre dernier. Dorénavant, l'ANRU s'engagera à valider dans des délais serrés les projets finalisés par les collectivités et à lancer rapidement - et en anticipant - les premières opérations lorsque l'ensemble du projet n'est pas encore abouti. Par ailleurs, l'Agence compte bien être au plus près du terrain en permettant, par exemple, aux préfets de négocier directement certaines conventions avec les élus locaux portant des projets "simples". Pour rappel, les préfets endossent le rôle de délégués territoriaux de l'ANRU.

 

Dans ce contexte, le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a déclaré : "Concrètement, les grues vont réinvestir les quartiers. Les 450 conventions opérationnelles seront validées au plus tard fin 2019, dont 150 à 200 dès la fin de cette année".

actionclactionfp