SONDAGE. Manque de temps, problème de trésorerie, gestion des RH, équilibre avec la vie de famille… Les dirigeants de PME sont toujours stressés. Mais moins qu'auparavant, révèle le 4e baromètre de la Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du futur. Détails.

Les dirigeants de petites et moyennes entreprises françaises vont-ils bien ? C'est la question que se pose chaque année, la Fondation d'entreprise MMA des Entrepreneurs du futur. Pour y répondre, elle mène une enquête qui révèle l'état d'esprit de ces patrons et leur santé, à la fois physique et psychique. Hervé Frapsauce, le président de la fondation, déclare : "Depuis quatre ans, la Fondation interroge les dirigeants sur la question, ô combien importante, de leur santé. Cette année, nous observons l'émergence d'une problématique très forte : la gestion du temps et les difficultés pour les entrepreneurs de concilier leurs obligations professionnelles et leurs contraintes personnelles".

 

Première constatation, le stress reste présent chez les dirigeants, 14 % d'entre eux en souffrant de manière permanente. Mais il apparaît de moins en moins corrélé aux inquiétudes liées à l'activité professionnelle. En effet, le manque de trésorerie, la difficulté à licencier ou la crainte des prud'hommes sont tous en recul (entre -4 et -10 points). Et ce stress lié au travail impacte moins l'état de forme des dirigeants (43 %, -15 points). Ils s'estiment d'ailleurs en bon état général (95 % d'entre eux), un niveau stable par rapport à 2017. Les nombres d'arrêts maladie n'ont pas augmenté (10 % des patrons y ont été contraints) mais un quart des répondants estime que la santé a pu avoir un impact négatif sur les performances au travail. Les pathologies les plus fréquemment citées sont les douleurs dorsales (58 %) et articulaires (48 %). Et les entrepreneurs assurent être globalement bien informés en matière de prévention santé, notamment en ce qui concerne l'hygiène de vie générale, qu'il s'agisse d'alimentation, d'exercice ou de sommeil.

 

Des dirigeants finalement satisfaits de leur vie

 

Les troubles ressentis proviennent davantage de la sphère personnelle. Quatre dirigeants sur dix estiment que le manque de temps constitue la cause principale : trop de tâches incomberaient aux entrepreneurs. L'absence de phase de décompression est considérée comme une circonstance aggravante de la détérioration de l'état de santé (24 %, +7 points). Un patron sur quatre se sent "excessivement actif et contraint" dans son activité, ce qui accroit la sensation de fatigue (34 %), de lassitude (26 %) et entraîne des troubles du sommeil (23 %). Les répondants sont même 49 % à avoir du mal à concilier leurs vies professionnelle et personnelle, même si l'immense majorité (87 %) reconnaît que les moments de détente passés en famille sont un bon moyen de rester en forme. Le manque de temps est également invoqué pour expliquer le manque d'activités physiques de loisir (69 %, -6 points).

 

Pour autant, les patrons de PME restent positifs, puisque 88 % d'entre eux sont confiants pour leur situation professionnelle (+4 points) et pour la situation financière de leur foyer (+4 points). Ils sont 85 % à se déclarer optimistes pour leur entreprise, et même 95 % à être satisfaits de leur travail. Un épanouissement professionnel nourri par différents aspects : innovation, créativité et passion pour leur métier. Conclusion : si les articulations grincent un peu, le moral, lui, reste au beau fixe. La solution sera donc d'accorder un peu plus de temps à son corps.

 

Méthodologie de l'enquête OpinionWay :
Etude réalisée auprès d'un échantillon de 1.500 dirigeants d'entreprises, représentatif des entreprises françaises de moins de 50 salariés. L'échantillon a été interrogé par téléphone entre le 22 février et le 28 mars 2018. Le secteur de la construction représente 9 % de tout l'échantillon.

actionclactionfp