Une grande partie de l'étude présente également l'impact économique non négligeable des espaces verts. L'Unep rappelle que la branche paysage représente en France 28.600 entreprises et 91.100 emplois privés, pour un chiffre d'affaires de 5,3 milliards d'euros. Nicolas Bouzou pointe également le fait que 100.000 euros investis dans le secteur soutiennent 1,4 emploi salarié, contre 0,4 dans le secteur de l'industrie. Le rapport note que "pour une même dépense des communes, l'aménagement des paysages génère plus d'emplois que les activités de gestion des déchets (collecte, traitement et élimination), de construction d'infrastructures ou encore de restauration collective."

 

Le cabinet Asterès montre aussi que les espaces verts contribuent à l'attractivité des villes et de leurs quartiers. Selon les enquêtes de l'Unep, menées en 2013 et 2016, 85% des Français prennent en compte la proximité des espaces verts pour choisir leur quartier d'habitation et que 77% d'entre eux disposant d'un jardin ont décidé également de vivre à proximité d'un espace vert. Signe que les espaces privés ne suffisent pas.

 

Plus étonnant, la proximité d'espaces verts valoriserait le patrimoine immobilier. Ainsi, pour 41% des cas étudiés, "un espace vert à 100 mètres de son habitation peut représenter jusqu'à 10.000 euros de plus-value". Le rapport donne deux exemples : "A Angers, lorsqu'un appartement se rapproche de 100 mètres d'un espace vert, son prix augmente en moyenne de 1,3%" et "à Brest, les prix des appartements à proximité directe des espaces verts sont supérieurs de 17% à ceux des appartements localisés 100 mètres plus loin".

actioncl