Au-delà de l'aspect écologique, le rapport entend "apporter les preuves des nombreux bénéfices" pour la santé. En effet, l'étude montre que les espaces verts favorisent l'activité physique (les personnes vivant à proximité d'espaces verts font trois fois plus d'activité physique), améliorent la qualité de l'air (les grands arbres pouvant retenir jusqu'à 5,4 tonnes de CO2 par an et 20 kg de poussière), réduisent le stress et favorisent le "vivre-ensemble". Le rapport va plus loin en affirmant que s'il y avait 10% d'espaces verts supplémentaires cela reviendrait à faire près de 94 millions d'euros d'économie pour les pathologies liées à l'asthme (56 M€) et à l'hypertension (38 M€). La proximité d'un espace vert aurait aussi des conséquences sur l'obésité et réduirait même de nombreuses maladies à commencer par les douleurs au dos, les troubles de l'anxiété, les dépressions, les AVC et les migraines.

actioncl