INNOVATION. Toute une gamme de ciments à faible empreinte carbone va arriver sur le marché français en 2019. Ils s'adresseront au béton préfabriqué, au prêt à l'emploi, ainsi qu'aux enduits et mortiers. Alors que l'unité de production pilote est sur le point d'entrer en service en Vendée, Julien Blanchard, le président du groupe Hoffmann Green Cement Technologies, nous révèle leur secret.

Dans la construction, l'heure est à la chasse au carbone. Et la production du ciment, constituant de base du béton, est une puissante émettrice de gaz à effet de serre. Des industriels planchent donc sur des solutions de réduction du CO2 par tous les moyens possibles. Et chez Hoffmann Green Cement Technologies, on a mis au point une solution alternative qui serait quatre fois moins polluante. Julien Blanchard, le président du groupe, nous explique ce tour de force : "Le projet a démarré en 2014, suite à ma rencontre avec David Hoffmann, un chimiste spécialiste des liants minéraux qui a travaillé pendant des années dans des laboratoires de traitements des déchets et qui s'intéresse aux green tech. Il a déposé trois brevets pour des technologies disruptives d'activateurs et sur-activateurs à froid qui servent à produire des ciments à faible empreinte carbone". Là où les formulations classiques présentent une facture carbone d'une tonne de gaz carbonique par tonne de ciment, ceux développés par Hoffmann n'émettent que 200 à 250 kg par tonne de produit.

 

La recette : métakaolin, gypse et laitiers

 

"Ils ne contiennent pas un gramme de clinker", nous révèle le président. "Nous utilisons divers constituants, comme le méta-kaolin, qui est flashé à 750 °C pendant cinq secondes. Il passe alors dans un état métastable entre cru et cuit. Nous utilisons également des laitiers de hauts-fourneaux ainsi que du gypse. Toutes ces ressources sont disponibles en abondance : le méta-kaolin provient d'argiles comme des boues de carrières encore non valorisées, les laitiers proviennent d'aciéries où ils sont produits à hauteur de 300 kg/tonne d'acier, tandis que le gypse peut être issu de coproduits de l'industrie plâtrière". Des matériaux pondéreux qui seront livrés par rail à la première unité de production française, implantée en Vendée. Une cimenterie d'un nouveau genre puisqu'elle n'a pas de fours.

 

Julien Blanchard poursuit : "L'usine a été construite en 14 mois sur un grand terrain de 6 hectares. Elle-même fait 4.500 m² et sera terminée dans les semaines qui viennent, avant d'entamer des phases d'essai et d'être mise en service. L'inauguration officielle aura lieu à la fin du mois de novembre tandis que le lancement commercial des produits se fera en janvier 2019". L'unité pilote, hautement automatisée, emploiera 10 personnes à son démarrage et montera à 15 ou 20 en rythme de croisière, avec une capacité de 50.000 tonnes par an. "Elle devra démontrer que nous sommes capables de produire des ciments bas carbone et de les vendre", ajoute le président de HGCT. Les trois brevets portent sur trois utilisations différentes : le H-P2A sera destiné aux colles, H-EVA aux mortiers et enduits et H-UKR pour le béton préfabriqué et le béton prêt à l'emploi. Plusieurs industriels qui ont participé au co-développement de ces formulations bénéficieront des premières livraisons. Le dirigeant détaille : "Il y a déjà un accord avec un autre vendéen, LG Béton, pour des escaliers préfabriqués bas carbone, mais aussi avec Terreal pour des parpaings isolants, Saint-Astier pour des mortiers, Minier BPE ou encore Eiffage". Le plan de charge est donc déjà bien rempli. Surtout en considérant que le marché français des ciments s'élève à 20 millions de tonnes… L'arrivée d'un petit poucet est, pour l'heure, vue d'un œil bienveillant par les principaux acteurs du marché. Avant qu'ils ne subissent cette concurrence plus loin dans le futur ?

 

La taxe carbone plus pesante incitera à passer aux ciments à faible empreinte

 

Car l'étape suivante, pour Hoffmann Green Cement Technologies sera de passer à une capacité de production 10 fois supérieure. "Si nous avons levé 10 M€ de fonds cet été, c'est pour préparer l'après", nous confie-t-il. Et ces cimenteries du futur, qui se passent de calcaire et d'émissions de CO2, pourront être implantées au plus près des marchés, en région Île-de-France par exemple, où dans le cadre du Grand Paris Express, des déblais contenant du gypse et des granulats pourraient même y être valorisés. Les premiers chantiers auront d'ailleurs lieu au printemps de 2019. Preuve du sérieux de la chose, le projet a été sélectionné dans le cadre du Programme des Investissements d'Avenir (PIA) en France, et H2020 en Europe. Les laboratoires avaient même reçu la visite d'Emmanuel Macron en août 2016, qui était alors ministre de l'Economie et de l'Industrie. Julien Blanchard conclut : "Nous avons été courtisés par d'autres pays européens mais nous n'avons pas vocation à aller trop vite, ni à exporter dans un premier temps". Les équipes de R&D plancheraient déjà sur d'autres technologies à breveter. A l'étranger, une autre initiative du genre a déjà été menée en 2014, avec une première utilisation concrète sur le chantier du nouvel aéroport de Brisbane (Australie). Là-bas, 30.000 m3 d'un "béton géo-polymère" développé par l'entreprise Wagners, ont été utilisés tout en épargnant 6.600 tonnes d'émissions de carbone. En dépit de leur prix supérieur aux ciments traditionnels (+5 à +15 % pour les produits finis, préfabriqués ou mortiers), les ciments à faible empreinte devraient prendre leur essor dans les années qui viennent, notamment avec la hausse des taxes carbone qui impactera cette industrie de plusieurs euros par tonne.

 

actionclactionfp