En bâtiment, la pompe à chaleur conjugue décarbonation et efficacité énergétique. Pour autant, cet équipement très technique demande une maîtrise parfaite des composants et de son fonctionnement pour répondre à ces exigences.
Certificateur de ces appareils depuis 30 ans, Eurovent-Certita rassemble dans un Livre Blanc les connaissances et les démarches élémentaires pour pleinement tirer parti de leur installation.

Le marché des pompes à chaleur dédiées au chauffage et à la production d'eau chaude sanitaire est en plein essor : + 50 % en 2021, +30 % en 2022. Leurs performances et leurs technologies sont depuis longtemps reconnues, et leur intérêt tient principalement à leur faible niveau d'émissions de carbone.

Il faut le rappeler, en France, la stratégie nationale bas carbone développée depuis le milieu des années 2010 demande de réduire les rejets de CO₂ d'un facteur 5 d'ici 2050. Par ailleurs, la réglementation environnementale 2020 (RE 2020), qui régit les constructions neuves depuis janvier 2022, limite à 4 kg/m².an les émissions de CO₂ des équipements de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire des maisons individuelles (6,5 kg/m² en collectif jusqu'en 2024). Enfin, le décret du 5 janvier 2022 sur le remplacement des équipements de chauffage et de production d'ECS stipule que leur niveau d'émission de gaz à effet de serre des appareils doit être inférieur à 300 g CO₂eq/kWh PCI.

Ces mesures ouvrent en grand le marché des pompes à chaleur. Ce qui, pour autant, demande des précautions élémentaires de prescription et d'installation pour ces matériels. Ce qu'Eurovent Certita, certificateur des produits de ce secteur industriel, a souhaité souligner dans un Livre Blanc intitulé « Installer des pompes à chaleur performantes », faisant ainsi le tour des questions. Ces pages sont aussi l'occasion de présenter le contenu et le processus de la certification NF PAC, démarche volontaire des fabricants pour valider et diffuser les performances de leurs appareils.

Présenter les technologies


Si les pompes à chaleur aérothermiques - air-eau, qui exploitent la chaleur de l'air - sont les plus courantes et les plus connues, Eurovent Certita met l'accent sur l'autre grande technologie : la géothermie, basée sur la chaleur du sol ou de l'eau. Moins répandue en raison du coût des forages et des captages, elle recèle selon ce certificateur des avantages indéniables : une exploitation possible sur une très large partie du territoire, une durée de vie plus importante des générateurs du fait de leur installation à l'abri des intempéries, de la discrétion, du silence et de la compacité - pas d'unité extérieure, une installation dans une pièce technique -, du rendement élevé tout au long de l'année en raison de la stabilité de la température de la source froide, et même une amélioration du rendement lorsqu'elle est utilisée l'été, en rafraîchissement - ce mode « recharge » le sol en chaleur. Eurovent-Certita la qualifie ainsi de solution la « plus rentable ».

Rigueur et vérification à tous les étages


Au coeur de ce Livre Blanc, Eurovent Certita développe les 12 conseils d'installation pour garantir la performance de l'installation. Ils sont adressés à toutes les parties prenantes. En premier lieu aux prescripteurs - bureaux d'études, architectes - à qui sont recommandés d'étudier précisément le site, de retenir la meilleure technologie et de bien dimensionner le générateur pour éviter toute dérives de performance. En deuxième lieu, aux installateurs qui veilleront à la compatibilité de la Pac avec l'alimentation électrique et les locaux - leur surface, leur accessibilité pour l'installation et toute intervention -, et vérifieront les matériels livrés. En troisième lieu, Eurovent-Certita s'adresse aux usagers : ils doivent être accompagnés lors de la mise en service et conseillés sur l'importance d'une maintenance tous les deux ans.

En constante évolution


L'un des points sensibles d'une pompe à chaleur est le fluide frigorigène utilisé pour transférer la chaleur de la source froide - l'air, le sol - à la source chaude - les planchers chauffants, le ballon d'ECS... Ce fluide affiche un pouvoir de réchauffement global (PRG) en cas de diffusion dans l'air qui en fait, depuis près de dix ans, un des produits chimiques les plus contraints par la réglementation européenne dédiée, la F-Gas. Les fournisseurs s'y sont adaptés avec des références d'un PRG du tiers des précédentes. Mais ce sujet fait toujours débat : l'Union européenne vise un niveau de 100 kg eq CO₂, près de sept fois inférieurs à la meilleure référence. Des alternatives sont disponibles, avec l'inconvénient de l'inflammabilité. Eurovent-Certita développe ce sujet très technique dans son Livre Blanc afin de clairement sensibiliser concepteurs, installateurs et usagers des Pac.