Alors qu'un débat public s'ouvrira le 15 mars prochain sur le sort d'EuropaCity, l'Autorité environnementale vient de rendre un avis favorable sur le dossier de création de la ZAC du Triangle de Gonesse (Seine-Saint-Denis et Val d'Oise), assorti de quelques recommandations.

Alors qu'un débat public s'ouvre entre 15 mars prochain et le 30 juin 2016, l'Autorité environnementale a délibéré et approuvé, jeudi 2 mars, le projet de l'établissement public d'aménagement Plaine de France, de la Zac du Triangle de Gonesse (Seine-Saint-Denis et Val d'Oise). Initié fin 2006, le projet inclut depuis 2011 EuropaCity et doit être desservi par la future ligne 17 du Grand Paris.

Quartier d'affaires et commercial

L'objectif est donc de taille : réaliser un quartier d'affaires international, le projet de complexe commercial et touristique EuropaCity, des espaces paysagers en laissant une lisière agricole d'environ 11 hectares, entre les aéroports de Roissy-Charles De Gaulle et du Bourget.

 

L'Autorité environnementale recommande dans son avis de préciser "les raisons pour lesquelles les maîtres d'ouvrage de la Zac et d'EuropaCity n'ont pas proposé à la commission nationale du débat public (CNDP) de faire porter le débat public sur un seul et même projet et d'indiquer en quoi le projet de création de ZAC serait modifié, en fonction des conclusions possibles de ce débat public et de l'enquête publique sur le projet de ligne 17."

 

A défaut d'un débat public portant sur l'ensemble, elle recommande de prévoir plusieurs scénarios, notamment en termes de caractéristiques et de phasage des principales composantes du projet EuropaCity, gares de la ligne 17 et projet de "Barreau de Gonesse" reliant le RER B et le RER D.

Préciser les engagements déjà pris et restant à prendre pour créer une zone agricole protégée

L'Autorité recommande aussi de "préciser les engagements déjà pris et restant à prendre pour créer une zone agricole protégée le Carré agricole" afin de garantir la pérennité des activités agricoles sur 400 hectares. Elle recommande enfin de préciser en matière de consommations et de production d'énergie le scénario que le maître d'ouvrage retient, les besoins en froid et en électricité ne pouvant être couverts au mieux qu'aux deux tiers par une production d'énergie renouvelable, et le raisonnement qui conduit à privilégier ce scénario.

 

Le chantier doit débuter en 2019 et fournir 4 200 emplois et EuropaCity, une fois achevé en 2024, devrait créer 11.800 emplois.
actionclactionfp