Le numéro un du BTP et des concessions en France publie des résultats annuels qui le satisfont : même si le chiffre d'affaires se contracte légèrement, le résultat net a progressé. De même, l'activité Contracting affiche un léger retrait mais une reprise du volume des commandes en France. Analyse.

"Vinci a réalisé, en 2016, une performance d'ensemble remarquable", annonce Xavier Huillard, le p-dg du groupe de construction et concession qui s'appuie sur le bilan financier de l'année écoulée. Bien que le chiffre d'affaires consolidé se soit "stabilisé", selon le dirigeant - affichant en fait une baisse de -1,2 % à 38,07 Mrds € - les résultats opérationnels courants et nets sont eux en forte hausse (+10 % et +16,2 %). Ils s'établissent ainsi respectivement à 4,17 Mrds € et 2,38 Mrds €.

 

La reprise est en France

 

Le groupe analyse : "La contraction du chiffre d'affaires à structure comparable (-1,8 %) et les variations de change (-1,2 %) ont été partiellement compensées par l'impact positif des dernières acquisitions (+1,9 %)". Concernant la branche "Contracting", activité principale de Vinci qui regroupe la construction, les énergies et le routier, l'activité est ressortie à 31,5 Mrds € (-3,4 %). Une baisse qui est "nettement moins prononcée que celle constatée en 2015, confirmant la tendance à la stabilisation de l'activité qui s'était dessinée ces derniers mois". Le périmètre s'est notablement agrandi, avec les acquisitions de Vinci Energies (Orteng au Brésil, J&P Richardson en Australie), Eurovia (Rail Cantech au Canada, Bitumix au Chili) et Vinci Construction (HEB en Nouvelle-Zélande, Grupo Rodio Kronsa en Amérique latine). Du côté des prises de commandes, la relance passe par la France (+4 %), plutôt que par l'international (-1 %). Elles atteignent finalement les 31,9 Mrds € (+1,4 %), avec des fortunes diverses suivant les pôles : +4 % pour Eurovia, +2 % pour Vinci Energies mais -1 % pour Vinci Construction. Le carnet de commandes s'élève à 27,4 Mrds €, assurant 10 mois d'activité au groupe. Un montant stable sur 12 mois, là encore grâce à la France (+3 %) plutôt que grâce à l'international (-2 %). "Sur un marché français de l'immobilier résidentiel toujours dynamique, l'activité de Vinci Immobilier a été très soutenue en 2016 avec une hausse de plus de 30 % du nombre de réservations de logements (5.485 lots)", note le groupe.

 

L'activité "Concessions" a, pour sa part, fortement progressé, avec un chiffre d'affaires de 6,3 Mrds € (+8,5 %). Le groupe note que Vinci Autoroutes a bien performé avec 5,1 Mrds € (+4,9 %) "sous l'effet d'un trafic bien orienté" et que Vinci Airports a littéralement explosé et dépasse désormais le million d'euros de chiffre d'affaires (+28,6 %). Son périmètre incorpore désormais les sociétés Aerodom (République dominicaine) et Aéroports de Lyon, depuis les mois d'avril et de septembre 2016. Le groupe gère désormais des plateformes aéroportuaires où transitent plus de 132 millions de passagers par an (+10 %).

 

Quelles perspectives pour 2017 ?

 

La France représente encore près de 59 % du chiffre d'affaires avec 22,4 Mrds €, un montant "en très léger recul à périmètre constant, (…) entièrement imputable à l'avancement du chantier de la LGV Tours-Bordeaux (projet Sud Europe Atlantique), qui atteignait 97 % à fin décembre 2016". L'international (15,7 Mrds €) est également en baisse de -2,8 % à structure réelle. Concernant l'investissement financier de l'ensemble de l'exercice, il représente un montant de 3,4 Mrds € qui a servi principalement aux acquisitions de la branche Concessions. Compte tenu des différents flux financiers, l'endettement net du groupe s'établit à 13,9 Mrds €, en augmentation de 1,5 Mrd € sur une année. "A la même date, la liquidité du groupe était de 10,1 Mrds €, répartis entre 4,1 Mrds € de trésorerie nette gérée, et 6 Mrds € de lignes de crédits bancaires confirmées, à échéance 2021", précise le communiqué.

 

Pour l'année qui vient de débuter, Vinci prévoit une progression de son chiffre d'affaires consolidé et de ses résultats. Le groupe détaille : "L'évolution du chiffre d'affaires dans les Concessions (…) restera positive, même si, compte tenu d'effets de base très élevés, la croissance devrait être moindre en 2017 qu'en 2016. Par ailleurs, le chiffre d'affaires bénéficiera de l'impact en année pleine des acquisitions réalisées en 2016 (Aerodom, Aéroports de Lyon, Lamsac). Dans le Contracting, 2017 devrait être l'année du retour à la croissance du chiffre d'affaires, avec une légère reprise attendue en France. A l'international, les prix du pétrole et des matières premières restera un facteur déterminant de l'évolution de l'activité. Dans ce contexte, la priorité reste donnée à la poursuite de l'amélioration des marges".

 

Ouvriers impayés du métro parisien :
Le p-dg du groupe Vinci, Xavier Huillard, s'est prononcé sur cette embarrassante situation de travail illégal en sous-traitance : "Oui, évidemment nous ne sommes pas fiers de cette affaire. Oui, c'est absolument inacceptable. Oui, dans ces cas là il faut prendre ses responsabilités et agir de façon extrêmement rapide". Invoquant l'impossibilité de s'assurer en permanence de la fiabilité de l'ensemble des entreprises intervenant sur ses chantiers, il a plaidé : "Prétendre que nous avons zéro défaut sur l'ensemble de nos 250.000 chantiers par an, personnellement, je n'en mettrai pas ma tête sur le billot parce que c'est statistiquement extrêmement difficile". A la fin du mois de janvier 2017, le groupe avait proposé des embauches temporaires aux 32 salariés turcs de l'entreprise FH Service, un sous-traitent de Sogea TPI, qui n'avaient ni contrat de travail, ni salaire... La moitié environ aurait accepté cette offre, dont cinq "ont été embauchés en CDI" afin de régulariser leur situation en France, a assuré le p-dg. Jérôme Stubler, le président de Vinci Construction affirme que l'entreprise "redouble de vigilance" pour détecter tout "dérapage" de la part des sous-traitants, bien que le groupe soit "limité dans sa capacité à le faire juridiquement".
actionclactionfp