Malgré une baisse de son activité au premier semestre, le groupe de BTP et concessions Vinci continue de tabler sur des résultats en hausse en 2016.

Le groupe de BTP et concessions Vinci a réaffirmé, le 29 juillet 2016, tabler sur des résultats "en hausse" en 2016 dans un "environnement économique instable", en dépit d'une baisse "limitée" de son activité au premier semestre, dans les travaux routiers en France notamment. De janvier à juin le résultat net est ressorti en hausse de 12,4% à 920 millions d'euros, légèrement supérieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur 917 millions selon le consensus compilé par la société Factset.

 

De son côté le chiffre d'affaires a reculé de 1,5% à 17,62 milliards d'euros. Par métiers, le chiffre d'affaires de la branche contracting a reculé de 3,6% (-4,7% à structure comparable) à 14,7 milliards d'euros, avec des "tendances contrastées selon les métiers". L'activité de Vinci Construction a ainsi chuté de 7,9% (et même -8,6% à structure comparable), tandis que celle d'Eurovia (travaux routiers, ferroviaires) reculait de 4,7% (-3,8%). En revanche, le chiffre d'affaires de Vinci Énergies a progressé de 3,4% (stable). Le point bas de l'activité d'Eurovia en France "a été atteint ou est en passe de l'être", a précisé Xavier Huillard, PDG de Vinci, lors d'une conférence de presse.

 

Dans le contracting où l'international génère près de la moitié de l'activité (47%), les prises de commandes ont progressé de 11% à 16,9 milliards d'euros sur le semestre, "ce qui est de bon augure pour 2017". L'activité devrait être "en légère baisse" sur 2016. Dans la branche concessions, le chiffre d'affaires s'est établi à 2,9 milliards d'euros, en hausse de 6,8%, dopé par l'activité (+18,6%) de Vinci Airports (+11,4% à structure comparable) tandis que celle de Vinci Autoroutes progressait de 4,9%.

 

Vinci confirme une hausse de ses résultats en 2016

 

Vinci Airports, dont le trafic a progressé de 10,2% sur le semestre, "gère environ 115 millions de passagers par an", a indiqué le P-dg du groupe, tandis que le trafic des autoroutes a progressé de 3,3% sur la période. Ce premier semestre a confirmé les "grandes tendances" déjà à l'œuvre : hausse du chiffre d'affaires des concessions, avec des croissances de trafic supérieures aux attentes chez Vinci Autoroutes et chez Vinci Airports, baisse limitée du chiffre d'affaires du contracting et reprise confirmée des commandes, notamment en France", a commenté Xavier Huillard.

 

"Fort de ce bon début d'année, et malgré un environnement économique instable et un climat concurrentiel toujours tendu dans le contracting, Vinci confirme la perspective d'une hausse de ses résultats en 2016", annonce-t-il. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a progressé de 5,5% à 2,6 milliards d'euros, reflétant une "bonne maîtrise des charges d'exploitation au regard de la croissance des recettes". L'activité a reculé de 2,6% en France à 10,3 milliards d'euros (-3,3% à périmètre constant), en partie en raison de l'avancement du chantier de la LGV Tours-Bordeaux, dont l'achèvement est proche.

 

Et à l'international, d'ordinaire plus dynamique, le chiffre d'affaires est resté stable à 7,3 milliards d'euros et a même un peu régressé à structure comparable (-1,4%), affecté notamment par la dépréciation de la livre sterling par rapport à l'euro. L'endettement financier net à fin juin était de 14,4 milliards d'euros, en hausse de 2 milliards comparé à fin décembre, en raison d'acquisitions de Vinci Airports, du versement de dividendes (0,7 milliard) et de besoins en fonds de roulement importants début 2016. Le conseil d'administration du groupe a approuvé le paiement d'un acompte sur dividende au titre de l'exercice 2016 d'un montant de 0,63 euro par action, en hausse de 10,5%.

actionclactionfp