C'est la première tour d'habitation inaugurée dans le quartier de La Défense depuis 30 ans. Entourée de tours de verre, l'immeuble Skylight adopte une tenue métallique afin de ménager l'intimité de ses occupants, étudiants et jeunes ménages. Louis Paillard, son architecte, nous fait découvrir les secrets de sa conception.

De la même façon que la fonction créée l'organe, il est possible de dire : "De la contrainte naît la forme". C'est ce qu'a démontré l'architecte Louis Paillard avec le projet Skylight, une tour d'habitation surgie à l'extrémité ouest du quartier de La Défense, entre le siège de la Société Générale et l'U Arena une zone plus habituée aux immeubles de verre qu'aux résidences munies de loggias.

 

Situé dans une enclave de Puteaux sur une parcelle triangulaire ouverte au nord, à l'aplomb de deux lignes de métro et d'un tunnel autoroutier, l'immeuble a en effet été contraint géométriquement, ce qui n'a pas été pour déplaire au maître d'œuvre. Il raconte : "C'est un projet contemporain, une tour d'habitation qui n'est pas IGH, mixte programmatiquement, dont les neuf premiers niveaux sont occupés par une résidence étudiante gérée par Gecina, et dont les neuf étages supérieurs sont dédiés à des logements en accession, qui sont constitués de duplex en coiffe de l'édifice".

 

La tour est ainsi "déhanchée" de huit mètres afin de parvenir à prendre des vues principales du côté sud. A l'opposé, ce grand débord n'est pas un porte-à-faux puisqu'il est soutenu par une colonnade.
actioncl