Le défi de cette opération de reconversion a été de taille, d'autant que la charpente du bâtiment initial a été ravagée par un incendie en 2008. "Comme tous les planchers étaient également détruits et les persiennes entièrement brulées, il a fallu réhabiliter la structure et rehausser la toiture, signale l'architecte belge.Désormais, une charpente béton se répète tous les 3,50 mètres, à un rythme serré avec des poutres à inertie variable apparentes." Avant d'ajouter que cette "cette ossature reste immuable quel que soit le cloisonnement".

 

C'est pourquoi la structure du nouveau bâtiment est volontairement répétitive, insiste l'architecte, précisant que la peau extérieure des panneaux béton comporte bien une fonction protectrice et décorative. "Le traitement par balayage de la surface a permis ainsi d'apporter des variations de textures", souligne aussi l'agence Robbrecht en Daem.
actioncl