Se servir des fibres contenues dans les troncs de bananiers pour fabriquer un revêtement décoratif : cette idée originale revient à deux ingénieurs français installés en Martinique. Après cinq ans de recherche, ils ont enfin réussi à la concrétiser et proposent aujourd'hui une large gamme d'applications : papier peint, abat-jour, solutions de placage imitation "bois"... Découverte.

Exit le bambou, place au bananier ! Le "Green Blade" débarque en France ! Au toucher, il ressemble à du papier et, à la vue, à du tissu adoptant les motifs du bois. Pourtant, il n'est ni l'un, ni l'autre. Il s'agit en réalité d'un nouveau revêtement décoratif dont la particularité est d'être fabriqué à partir de fibres extraites au niveau des troncs des bananiers !

 

Offrir une seconde vie aux bananiers, une idée originale que Vladimir Hayot et Nicolas Cheminon, deux ingénieurs installés en Martinique, sont en effet parvenus à développer et à concrétiser. "Nous nous sommes rendus compte très vite que la fibre de bananier avait un vrai potentiel mais il nous a fallu cinq ans de recherche pour être capable de l'exploiter. Comme personne ne s'y était intéressé avant nous avec une visée industrielle, nous avons dû mettre au point une technologie capable de transformer la matière première", explique Nicolas Cheminon, co-fondateur de FibandCo interviewé par Maison à part sur le salon Batimat.

 

Un revêtement 100% naturel
Grâce à son unité de recherche et de production ainsi qu'à une étroite collaboration avec les exploitants d'une bananeraie, la société a ainsi pu mettre au point le matériau dont elle rêvait : "un revêtement décoratif naturel, fait-main et composé à 100% de fibres de bananier". "Il est obtenu sans ajout de produit chimique, sans pigment et sans colorant", souligne Nicolas Cheminon. Un souci écologique qui se traduit, sur le produit fini, par des teintes extrêmement naturelles oscillant entre le gris, le beige et le marron.

 

Concrètement, les fibres sont récoltées dans une bananeraie de l'île de la Martinique puis acheminées jusqu'à l'usine de FibandCo située, là encore pour des raisons écologiques évidentes, à moins de dix kilomètres. Et Nicolas Cheminon de préciser : "en aucun cas nous ne contribuons à la déforestation puisque le bananier a la particularité d'atteindre sa taille maximale tous les neuf mois. Nous ne faisons que valoriser une ressource abondante et inexploitée". Elles subissent ensuite plusieurs traitements successifs dont les détails sont, bien entendu, tenus secrets par l'entreprise.
FibandCo
FibandCo © FibandCo

 

De nombreuses applications possibles
A l'arrivée, le produit est conditionné sous la forme de rouleaux de 2,50 mètres de long par 1,25 mètres de large pour un revêtement décoratif imitant le bois. Etant donné ses nombreux atouts, notamment sa souplesse, sa finesse et sa transparence, il peut se plier à diverses applications.

 

En aménagement intérieur, il peut servir de revêtement de sol, de mur ou de plafond. Il peut aussi être utilisé comme solution de placage en ameublement ou encore venir embellir des objets dans le secteur de la décoration. "Notre revêtement constitue une nouvelle solution pour les architectes, les designers et les décorateurs. A eux de se l'approprier pour poursuivre notre travail de valorisation", encourage Nicolas Cheminon. Certains, comme la société Pigment France qui a habillé de Green Blade toute une collection d'accessoires de table ou la maison d'édition Day Glow qui s'en est servie pour fabriquer des abats-jour, l'ont déjà fait et le résultat est surprenant !

 

Pour découvrir les différentes applications du Green Blade, cliquez sur les pages suivantes.
actionclactionfp