ANTICIPATION - L'immense site industriel bruxellois composé d'entrepôts et de bureaux, édifié au tout début du 20e siècle donne des idées à l'architecte belge Vincent Callebaut. Il propose de le transformer en éco-quartier multifonctionnel à énergie positive, alliant patrimoine, communauté durable et verdure. Découverte.

L'architecte Vincent Callebaut continue de s'intéresser au centre-ville de la capitale belge. Après avoir proposé de métamorphoser l'austère cube de béton du "Botanic Center" en immeuble verdoyant, voilà qu'il s'attaque à un symbole industriel des années 1900 : l'ensemble Tour et Taxis (Thurn en Taxis en flamand). Il définit trois priorités : redynamisation d'un patrimoine exceptionnel, création de forêts d'habitation verticales et développement d'un campus d'activité futuriste.

 

"L'objectif, à terme, est la naissance d'un éco-quartier réellement multifonctionnel où il fait bon vivre, travailler, habiter et se divertir", Vincent Callebaut

 

Edifié entre 1902 et 1907, le complexe Tour et Taxis est un gigantesque complexe de 37 hectares composé d'entrepôts entourant une gare abritée sous une vaste halle. Il constituait, à l'époque, la première plateforme multimodale du monde en associant transport fluvial, ferroviaire et routier, entreposage et services de douanes. L'architecture, signée Ernest van Humbeek, marie brique, fer forgé et verre. Vincent Callebaut détaille son projet qui "porte sur la métamorphose de la gare maritime en 50.000 m² d'espaces multifonctionnels avec un mélange d'activité économiques (bureaux, ateliers), commerciales (marché, showrooms, magasins) ainsi que des équipements collectifs". Un peu plus loin, il décrit : "Immense et incroyable, la gare maritime est divisée en cinq vaisseaux parallèles de fer, de fonte et de verre. Actuellement vide, elle présente une superficie au sol de 40.000 m², l'une des plus grandes gares d'Europe". Son concept : faire entrer un parc public et le canal de Bruxelles - tout proche - dans les 280 mètres des nefs pour créer un campus végétalisé. "Les deux nefs intermédiaires sont ainsi innervées par des coulées végétales et aquatiques. Ces jardins intérieurs, tropical à l'Est et continental à l'ouest, grimpent sur les façades des entités fonctionnelles formant ainsi de véritables cascades de plantes exotiques et endémiques", prévoit le maître d'œuvre qui souligne la qualité des motifs végétaux ornant les pilastres et arches de l'édifice.

 

Découvrez le projet en images dans les pages suivantes.

actionclactionfp