Stéphane Dauphin, l'actuel directeur général de Nantes Métropole Habitat vient d'être nommé à la tête du bailleur social Paris Habitat, pour remplacer l'ancien directeur Stéphane Dambrine. Un départ qui avait été annoncé début juin 2016 par la maire de Paris, Anne Hidalgo, et acté le 16 juin par le conseil d'administration.

Un nouveau dirigeant pour Paris Habitat prend la tête du plus gros bailleur social d'Île-de-France, aux 2.800 salariés, qui gère près de 122.000 logements en Paris dont 10.000 logements en petite couronne. C'est donc, l'actuel directeur général de Nantes Métropole Habitat, l'Office public de l'habitat de la métropole nantaise, Stéphane Dauphin, 45 ans, qui a été nommé directeur général de l'organisme HLM parisien. Il succède ainsi à Stéphane Dambrine, 58 ans, a confirmé , mercredi 31 août, Paris Habitat dans un communiqué.

 

"En accord avec Anne Hidalgo, maire de Paris, Roger Madec, président de Paris Habitat, a présenté ce jour au Conseil d'administration de l'Office la candidature de Stéphane Dauphin à la fonction de Directeur général, précise, le bailleur social en préambule. Après audition de l'intéressé, le Conseil d'administration a décidé de valider cette candidature."

 

Prise de ses fonctions le 1er octobre 2016

 

Cette nouvelle candidature a donc été présentée, ce mercredi, au Conseil d'administration de l'Office et validée. Stéphane Dauphin prendra ses fonctions le 1er octobre prochain. Titulaire d'une licence d'histoire, d'un magistère de gestion et aménagement, d'une maîtrise et d'un DESS urbanisme et aménagement à la Sorbonne, cet urbaniste était depuis janvier dernier directeur de l'office HLM de Nantes (Loire-Atlantique).

 

Rappelons que le départ de l'ex-directeur général, Stéphane Dambrine, avait été annoncé début juin 2016 par la maire de Paris, Anne Hidalgo et acté le 16 juin par le conseil d'administration, après des soupçons de fraudes révélés par l'hebdomadaire Marianne. Selon ce dernier, il y aurait eu une série de dysfonctionnements dans la gestion de l'office municipal évoquant d'"énormes surfacturations de travaux, achats de mobilier coûteux ensuite introuvable, bons de travaux "bidon". Des éléments qui ont été contestés début juin dernier par Roger Madec, président de Paris Habitat.

 

Enfin selon l'exigence de Paris Habitat, il a été demandé au nouveau directeur général "de s'impliquer pleinement dans l'accomplissement des objectifs qualitatifs et quantitatifs fixés par la maire de Paris et le Conseil d'administration et ce, dans un souci de sobriété budgétaire et d'exemplarité de la gestion de l'Office".
actionclactionfp