Après des travaux préparatoires, les équipes de Spie fondations, filiale du groupe Spie batignolles, se sont engagées dans le confortement des piles de l'ouvrage central du Pont d'Iéna à Paris. Un chantier qui nécessite la technique des micropieux ancrés à 46 m de profondeur.

Un chantier de grande envergure est engagé depuis juin 2015 sur le Pont d'Iéna à Paris, construit sous Napoléon 1er en 1814, qui en enjambant la Seine, relie le Trocadéro (16ème) à la tour Eiffel (7ème). Or, trois des quatre piles de cet ouvrage édifié sur des pieux de bois, s'étant affaissées de 30 à 60 cm, la Ville de Paris a donc fait appel à l'expertise de la société Spie fondations, filiale du groupe Spie batignolles pour les conforter.

 

De nombreuses études géotechniques et structurelles

 

Les mesures topographiques ont tout de suite mis en évidence l'évolution régulière des mouvements des piles du pont, conduisant à un tassement significatif et préjudiciable pour l'ouvrage, explique Spie Fondations dans un communiqué. Suite à ce constat, la section des ouvrages d'art de la Ville de Paris a engagé une série d'études géotechniques et structurelles afin de concevoir une solution technique destinée à stopper ces phénomènes de tassement.

 

La technique des micropieux ancrés à 46 m de profondeur


Pour ce faire, les équipes de la filiale de Spie batignolles ont fait ensuite appel à la technique des micropieux ancrés à 46 m de profondeur. Une phase qui fait suite au cerclage métallique effectué précédemment sur trois niveaux de piles.

 

La méthodologie adoptée par Spie fondations dans le cadre de l'exécution délicate de ces micropieux a alors été la suivante pour chacun d'entre eux : réalisation d'un carottage de 220 mm de diamètre au travers de la maçonnerie sur les 14 m de hauteur de la pile ; forage du micropieu en diamètre 200 mm jusqu'à 46 m de profondeur ; injection d'un coulis de scellement à l'intérieur du forage ; réalisation d'une armature tubulaire. Sans compter une phase complémentaire d'injection sous-pression afin d'assurer la qualité du scellement. Les micropieux sont donc forés au travers de la structure des piles, nécessitant préalablement de la reprise en sous-oeuvre en maçonnerie.

 

A ce jour, les foreuses hydrauliques ont réalisé la plupart des trous de 20 cm de diamètre, ajoute Spie fondations. Cela exige toutefois de faire plonger des compagnons à 14 m à travers la maçonnerie puis à 32 m dans le sol.

 

La réalisation des micropieux, ainsi que la remise en état de la chaussée qui suivra, s'étaleront jusqu'en mars 2016 pour une durée totale de chantier de neuf mois, précise l'entreprise de génie civil. D'autre part, les désordres apparus au niveau des "douelles" (Ndlr : arche d'un pont en maçonnerie) seront repris lors de travaux qui seront effectués une fois les tassements des piles terminés, soit probablement en 2017.

 

Le chantier dont l'investissement est estimé à 1,3 million d'euros devrait s'achever tout début avril prochain. Pour une seule cause : la renaissance du Pont d'Iéna.

 


Fiche technique

 

Maître d'Ouvrage : Mairie de Paris
Maître d'Oeuvre : Mairie de Paris - DVD - Service du patrimoine de voirie - Section des ouvrages d'art
Mission géotechnique - supervision de l'exécution des travaux : GEOS
Entreprise : Spie fondations
Date de signature du marché : Juin 2015
Démarrage des travaux : cerclage des piles : juillet 2015
Micropieux : travaux préparatoires fin 2015 et démarrage du chantier en janvier 2016
Montant des travaux : 1,3 millions euros HT
Durée des travaux : 9 mois
actionclactionfp