PALMARES. Afin de réaliser des économies d'eau, d'énergie et de réduire les coûts de construction, les bassins se font plus petits et moins profonds. Résultat : ils s'intègrent partout, même en ville sur des terrains exigus. Zoom sur quelques réalisations primées dans le cadre des trophées de la piscine et du spa 2017 qui illustrent cette tendance "mini"...

La piscine se démocratise. Les joies de la baignade ne sont plus réservées aux demeures d'exception et aux établissements hôteliers. Désormais, les bassins sont plus petits et moins profonds : "une piscine fait aujourd'hui en moyenne 4x8 m pour environ 1,40 m de profondeur contre 12x6 m pour 1,80 m en 1980", révèle la Fédération des Professionnels de la Piscine (FPP). Résultat : ils se font une place partout, même là on ne les attend pas ! Sur des terrains exigus, en tissu urbain dense, mais aussi, et c'est plus étonnant, sur de grandes parcelles immergées en pleine nature. Construire une petite piscine sur un grand terrain... Illogique à première vue mais pas lorsque l'on se penche sur le fonctionnement du bassin. Les petites piscines présentent en effet de multiples avantages : économies d'eau et d'énergie bien sûr, mais aussi et surtout des coûts de construction réduits. Un budget réduit qui permet aux propriétaires d'ajouter des équipements : pompe à chaleur, débordement, banquette balnéo, page immergée, éclairage Leds... A l'arrivée, le parc français des piscines grossit - pour rappel, on compte désormais 2 millions de bassins privés sur le territoire - mais, en même temps, il change de physionomie.

Découvrez cette tendance des mini-piscines, à travers quelques-unes des réalisations primées dans le cadre des Trophées de la piscine et du spa 2017...

Et retrouvez ici la première partie du palmarès des Trophées 2017.

actionclactionfp