Profitant d'un déplacement en Alsace, région en pointe dans la géothermie, Ségolène Royal a annoncé l'accélération de la mise en place du fonds de partage des risques de forage "Geodeep". Elle souhaite également encourager les industries à s'alimenter d'avantage en énergies renouvelables : pour les y encourager, deux appels d'offres seront lancés dans la cogénération.

En inaugurant la centrale géothermique profonde de Rittershoffen qui doit alimenter en vapeur un site industriel, la ministre de l'Environnement a souhaité faire des annonces concernant le déploiement d'énergies renouvelables. Elle a tout d'abord déclaré que le fonds de garantie Geodeep de partage du risque de forage, dont la création était en cours voilà plus d'un an, verrait une accélération de sa mise en place. Ceci afin d'accompagner et sécuriser les projets de géothermie dont les investissements sont conséquents. Le projet Ecogi de Rittershoffen a, par exemple, mobilisé 55 M€ de financements, dont 25 M€ apportés par le Fonds chaleur de l'Ademe.

 

C'est d'ailleurs l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie qui apportera la moitié de la dotation de 50 M€ prévue pour le fonds de garantie. L'autre moitié proviendra de fonds privés (15 M€) et de la Caisse des dépôts et consignations (10 M€). Geodeep indemnisera les porteurs de projets en cas d'échec à trouver une ressource géothermale suffisante ou en cas de problème lors des étapes d'exploration et d'exploitation. Il est attendu que cette garantie agisse comme un levier et débloque l'investissement de plus de 500 M€ dans une dizaine de projets de centrales géothermiques profondes. D'ores et déjà, EDF travaille sur une seconde unité à Illkirch et envisage d'en réaliser une troisième à Wissembourg, à l'extrême nord de l'Alsace.

 

Préparer l'après gaz naturel

 

Par ailleurs, toujours afin d'encourager les industriels à se tourner vers les énergies renouvelables, Ségolène Royal a annoncé le lancement de deux appels d'offres "pour engager la conversion progressive des cogénérations industrielles au gaz naturel vers la biomasse et le biogaz". Les lauréats de ces deux sollicitations seront accompagnés à partir de 2017, et il est prévu que 60 M€ de fonds publics soient apportés par le Gouvernement. Selon l'Ademe, le potentiel mobilisable pour le biogaz sera de 56 TWh en France en 2030, presque exclusivement issus du monde agricole, soit de quoi alimenter près de 3 millions de foyers. Le Comité national du biogaz soulignait, en novembre 2015 : "A ce jour, le soutien public est encore insuffisant pour accompagner le décollage (…) les acteurs attendent avec impatience les nouvelles mesures de soutien, en cours de discussion". Ils ont donc été partiellement entendus.
actionclactionfp