RETROSPECTIVE. Transition énergétique, campagnes de communication, éco-gestes citoyens, soutien aux renouvelables : l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) dresse le bilan de ses actions en 2016. Plus de 300 M€ d'aides ont été attribuées dont une partie à des PME innovantes.

L'Ademe, créée il y a 25 ans, est devenue un acteur incontournable de la transition écologique. Son action a été jugée satisfaisante par la Cour des Comptes, voilà quelques semaines, même si la haute autorité estimait que des améliorations pouvaient être apportées à son fonctionnement. Mais l'agence fait valoir, dans son bilan 2016, de "belles réalisations au service de l'ambition écologique". Bruno Léchevin, son président directeur général, évoquant le succès de la COP21 et l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris moins d'un an plus tard, écrit : "Une dynamique a été enclenchée dont l'élan ne retombe pas (…) Ce mouvement est bel est bien irréversible".

 

Les territoires au cœur de la transition

 

Revenant sur toutes les actions menées par les services de l'Ademe, il cite tout d'abord le rôle des territoires en métropole ou en outre-mer : "Les collectivités se sont emparées des outils mis à leur disposition par le ministère de l'Environnement, comme en attestent les 500 Territoires à énergie positive pour la croissance verte, et les 153 territoires Zéro déchet, zéro gaspillage, que nous recensons fin 2016". L'agence joue un rôle clé en les accompagnants dans leurs nouvelles compétences, qu'il s'agisse d'énergie ou d'économie circulaire, en signant des contrats d'objectifs de développement régional et en soutenant les investissements. Le Fonds chaleur, par exemple, géré par l'Ademe, a contractualisé 208 M€ et accéléré le déploiement des réseaux de chaleur avec 200 km supplémentaires l'an passé. Pour l'habitat, le bilan cite le cas des Plateformes territoriales de la rénovation énergétique et des Espaces info énergie, pour aider les ménages à améliorer la performance thermique de leurs logements. En 2016, 520.000 demandes d'information ont été traitées pour une population de 13 millions de résidents dans des zones couvertes par ces plateformes territoriales.

 

Autre mission confiée à l'Ademe, celle de stimulation de l'innovation, par le biais du Programme des investissements d'avenir. Sur toute la période 2010-2016, l'agence annonce avoir publié pas moins de 69 appels à projets et retenu 578 projets en tout. Le bilan signale que 175 petites entreprises ont été soutenues l'an dernier, "permettant d'avancer vers la technologie de demain et de générer des emplois". Les soutiens financiers ont concerné des jeunes pousses comme des grandes entreprises françaises et couvert des domaines aussi variés que l'efficacité énergétique, la production de renouvelables, les réseaux électriques intelligents ou la mobilité durable. Car le président de l'Ademe en est convaincu : "La transition écologique, si elle est bien menée, doit amener une croissance plus durable, des atouts de compétitivité pour les entreprises, une augmentation du pouvoir d'achat des ménages (…) Cette 'économie verte', qui s'appuie fortement sur la révolution numérique, occasionnera la disparition d'emplois dans certains secteurs mais elle en créera de nouveaux, et le solde sera positif". Selon les scénarios envisagés, avec un mix électrique à 100 % renouvelable en 2050, la France pourrait jouir de 900.000 emplois supplémentaires et d'un PIB national supérieur de +4 %. Mais le p-dg avertit : "La mutation vers une économie bas-carbone nécessite des investissements à la hauteur".

 

Exporter le savoir-faire français

 

Enfin, le bilan 2016 fait état de la nécessité de généraliser les bonnes pratiques et contribuer à l'expertise collective, y compris au niveau international. En 2016, ce sont donc 25 opérations qui ont été menées dans le cadre d'accords bilatéraux ou de partenariats internationaux. Ainsi, le programme "Bâtiments Bas Carbone en climats chauds et tropicaux" a été lancé dans le cadre de l'Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction, tout comme les premiers trophées de l'adaptation au changement climatique en Méditerranée. L'Ademe fait valoir une grande expertise en matière de performance environnementale de la construction et d'efficacité énergétique, qui ne doit pas connaître de frontières. Du côté des formations, 141 projets de R&D et 52 thèses ont été financés pour un montant de près de 29 M€. Et plus de 3.200 personnes ont été formées directement par l'Ademe. Bruno Lechevin formule un souhait, dans son édito : mobiliser l'ensemble des collaborateurs de son agence autour d'un projet d'entreprise qui doit "insuffler un état d'esprit" d'ouverture, de réactivité, d'agilité et d'écoute. Pour lui, pas de doute : "La transition est une lame de fond".
actionclactionfp