Le nombre de transactions immobilières (neuf et ancien) devrait chuter de 25% en 2008, selon la première note de conjoncture immobilière des Notaires de France et passer de 870.000 ventes en 2007 à 650.000.

[A LIRE AUSSI]«Le marché immobilier se caractérise avant tout par le blocage des transactions, dont le nombre est ramené au volume des années 1993-1994», explique Maitre Pierre Bazaille. La baisse est particulièrement brutale sur le marché du neuf (-33,9% au 26 août selon la Fédération des promoteurs constructeurs).

 

En revanche, les prix dans l'ancien ont continué de grimper de 3,6% pour les appartements et de 4,3% pour les maisons, de juillet 2007 à juin 2008, d'après l'indice Notaires-INSEE province.
Cette augmentation est même de 10,1% à Paris pour les appartements et seules quelques villes comme Rennes, Belfort, et Annecy, commencent à voir baisser le prix des appartements, ou Mulhouse pour le prix des maisons.

Recul des mises en chantier

Pour l'institut d'études Xerfi, dans une note publiée jeudi, «la suite de l'histoire est déjà écrite: l'affaissement des autorisations de construire se traduira dans les prochains mois par de nouveaux reculs de mises en chantier : après avoir atteint le niveau record de 435.365 unités en 2007, les mises en chantier reviendront vers le seuil des 350.000 cette année et viendront mourir sur la barre des 300.000 l'année prochaine».

 

«Avec ces perspectives assombries, il est clair qu'il ne faudra pas compter sur la filière pour créer de nouveaux emplois d'ici à la fin d'année et encore moins en 2009», conclut Xerfi.
actionclactionfp