Le Conseil de Paris a approuvé mardi 30 juin à une courte majorité le nouveau projet de la Tour Triangle imaginé par les équipes de Herzog & De Meuron et porté par le promoteur immobilier Unibail-Rodamco. Les permis de construire vont être déposé à la fin de l'année pour un démarrage de travaux en 2016. Réactions.

Soulagement pour les architectes Herzog & De Meuron et le promoteur immobilier Unibail-Rodamco et déception pour les opposants au projet de la Tour Triangle. "Nous sommes très heureux que le vote du Conseil de Paris aujourd'hui ait été positif, nous a confié l'architecte suisse Jacques Herzog. Nous nous réjouissons de continuer à travailler avec notre client, les représentants de la ville de Paris et les Parisiens pour faire avancer le projet."

 

L'opération de la la Tour Triangle, rejetée le 17 novembre par le Conseil de Paris, a réuni ce mardi midi, 87 voix pour, 74 contre et aucune abstention. Six élus UDI ont, conformément à ce qu'ils avaient annoncé, voté pour la construction de cette tour de 180 mètres implantée Porte de Versailles. Un revirement de situation puisqu'ils avaient voté contre en novembre 2014.

 

La mairie de Paris retentait effectivement sa chance en demandant au Conseil de Paris de voter pour ou contre à bulletin ouvert le nouveau projet de la Tour Triangle, dévoilé aux élus parisiens début juin. Pour rappel : le 17 novembre dernier, 83 élus avaient voté contre et 78 pour, un nul et un non votant.

"Un bâtiment mieux inséré dans le quartier"

A la veille du vote décisif, lundi 29 juin, la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), avait jugé le nouveau projet de tour Triangle présenté par Unibail-Rodamco "plus intéressant, plus riche, plus fort dans son lien avec la Ville".

 

Et Jean-Louis Missika, l'adjoint en charge de l'Urbanisme très serein sur le sujet de nous signaler: "Le bâtiment sera plus ouvert au public, mieux inséré dans le quartier, mieux articulé avec le parc des Expositions dans le 15ème arrondissement de Paris. Je crois bien que les élus centristes ont été sensibles aux évolutions, ce sont des gens pragmatiques, ils voteront pour." Et c'est ce qu'ils ont fait.

"Ni compromission, ni contrepartie", Eric Azière, élu UDI

Côté réactions, Eric Azière, chef de file du groupe UDI au Conseil de Paris, interrogé ce mardi 30 juin par Batiactu nous précise : "Ce qui justifie notre revirement depuis novembre dernier c'est qu'Unibail-Rodamco a pris en compte notre suggestion de prévoir un hôtel dans la tour. Et cela aurait été irresponsable de ne pas prendre en compte un tel investissement de 150 millions d'euros dans l'ouest parisien. (...) Et on le répète, il n'y a eu ni compromission et ni contrepartie !"

 

Pour diversifier la programmation, les porteurs du projet ont proposé aux élus parisiens un nouvel établissement hôtelier, classé quatre étoiles, doté de 120 chambres entre les 12e et 17e étages. Sans compter un restaurant panoramique, situé au 13ème étage. De plus, le centre de congrès sera doté d'un espace culturel consacré à l'art, au design et à l'architecture, doté de 550 m² dont le programme sera co-élaboré par la mairie de Paris.
En outre, le groupe Unibail-Rodamco se réjouit de cette décision municipale et nous signale avoir pris en compte les reproches faits au cours du dernier vote du Conseil de Paris le 17 novembre dernier en proposant une nouvelle copie.

 

"La philosophie du nouveau projet a été de remettre un hôtel dans la tour tout étant en synergie avec le Parc des Expositions, Porte de Versailles pour répondre à la réticence des élus des groupes au Conseil de Paris." En chiffres : la part des bureaux diminue drastiquement de près de 10.000 m² pour atteindre 69.900 m².

 

"Le bâtiment proposera toujours une surface équivalente au premier projet (Ndlr : 92.200 m²) avec un quart de surfaces dédié aux bureaux, poursuit le promoteur immobilier. Toutefois, c'est vrai, la répartition des espaces a largement été modifiée pour proposer un programme plus varié, ouvert et articulé."

"Un espace de co-travail"

D'ailleurs, les congressistes pourront aussi profiter de l'espace de co-travail de 2.240 m² intégré dans la tour. "Ce nouveau lieu de travail partagé permettra d'accueillir des start-ups", complète le groupe immobilier. Moins dense en bureaux, la nouvelle copie du projet sera tout de même 5,1 millions d'euros plus chère que la première tour Triangle. D'après nos informations, le programme est chiffré aux alentours des 550 millions d'euros au total. "La prochaine étape sera un dépôt des permis de construire en fin d'année 2015 et une enquête publique au cours de l'année 2016", nous signale Unibail-Rodamco.

 

D'après Jean-Louis Missika, adjoint à l'Urbanisme et à l'Architecture les travaux pourraient "commencer fin 2016 et plus vraisemblablement début 2017", avant les prochaines élections municipales. Son cabinet précise qu'il peut "évidemment y avoir sur ce sujet des recours d'associations ou d'élus - c'est généralement le cas pour tout grand projet - mais nous envisageons une livraison à l'horizon 2020."

Recours envisagés

Reste que les opposants au projet n'ont pas dit leur dernier mot: "Malgré d'adoption de Tour Triangle 2 par le Conseil de Paris, ce 30 juin, les associations du Collectif (ADAHPE et SOS Paris, pour la procédure Collective ; Monts 14, à titre individuel) poursuivent les actions en Justice et si nécessaire on se réserve la possibilité de solliciter la Commission Européenne, nous signale Olivier Rigaud, coordinateur du "Collectif contre la Tour Triangle". La Tour est loin d'être construite !"
actionclactionfp