La fresque monumentale "Tower", réalisée par l'artiste américain Keith Haring voilà 30 ans au cœur de l'hôpital Necker-Enfants malades pour égayer le quotidien des jeunes patients, avait souffert des affres du temps. L'œuvre peinte sur du béton a donc été patiemment restaurée par deux spécialistes qui ont bénéficié du soutien de nombreux partenaires et mécènes. Découverte.

"Keith Haring avait choisi cette cage d'escalier externe à cause de sa visibilité centrale pour les enfants malades et leurs familles qui visitaient l'hôpital. Son intention était de présenter un patchwork de couleurs brillantes. Il a volontairement choisi un bâtiment laid pour le transformer en quelque chose de beau". Telle est l'explication fournie par Will Shank, conservateur international qui s'est mobilisé, avec d'autres experts, pendant 6 ans pour sauvegarder la seule œuvre monumentale parisienne de l'artiste américain. Le prolifique peintre était intervenu, pendant trois jours au printemps 1987, au cœur de l'hôpital Necker-Enfants malades, afin de décorer gracieusement la tour d'escalier d'un des bâtiments. Sans croquis préparatoires et au moyen d'une grue, le dessinateur avait directement peint le béton de formes simples et de couleurs vives sur 27 mètres de haut et 13 mètres de large.

 

Malheureusement, "le choix technique peu orthodoxe d'Haring pour peindre la tour a accéléré sa dégradation rapide dans le temps", comme l'explique Will Shank. L'opération de restauration a donc été longue et complexe : démarrée en 2011, elle a nécessité six années de recherches sur le comportement du matériau support de la tour et des peintures murales utilisées. Des experts internationaux de la conservation des peintures modernes et contemporaines ou du béton ont été consultés. Le Centre de recherche et de restauration des musées de France (CRMF), le Laboratoire de recherche aux monuments historiques (LRMH) et le Centre interrégional de la conservation et restauration du patrimoine de Marseille (CICRP) ont également apporté leur soutien technique, afin de déterminer quelle serait la méthode la plus adéquate pour redonner une seconde jeunesse à la fresque.

 

Comment rendre la fresque à nouveau chatoyante ?

 

Le spécialiste poursuit : "Les conservateurs ont choisi de traiter la peinture murale de façon traditionnelle pour préserver au mieux les matériaux originaux de l'artiste, plutôt que de recouvrir avec de nouveaux matériaux". C'est ainsi qu'une résine protectrice contenant de la teinture noire a été appliquée sur les lignes abîmées, tandis qu'une autre résine synthétique, "semblable à la peinture vinyle utilisée par Haring", assure Will Shank, a été posée sur les zones colorées. Ce qui a permis de raviver l'intensité de l'œuvre avant d'appliquer une ultime couche protectrice, cette fois contre les éléments (UV et pluie). Par ailleurs, dans le cadre de son plan de transformation de l'hôpital Necker - qui a notamment conduit à détruire l'immeuble autrefois desservi par la tour d'escalier - l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris a procédé à des travaux de consolidation de la tour de 27 mètres de haut, à la fois dans le sol et à l'intérieur de la structure. Une opération destinée à stabiliser l'édifice désormais isolé au cœur de la cour.

 

Un vaste jardin paysager de 9.000 m² a également été aménagé autour, par Pascal Cribier. L'AP-HP explique : "L'implantation du bâtiment Laennec sur le carrefour Duroc a libéré l'intérieur du site et rendu possible l'aménagement de ce grand jardin central, lieu de promenade pour les familles. Ce grand espace paysager rassemble, ordonne et unifie la disparité de style et d'architecture existant sur le site". Pas moins de 237 arbres de plusieurs espèces différentes y ont été plantés, afin de rappeler la palette de couleurs utilisée par Keith Haring.

 

Découvrez les clichés avant et après restauration dans les pages suivantes
actionclactionfp