Usée, mal isolée, amiantée, dépassée, anodine… Tels sont les qualificatifs qui étaient employés pour décrire la tour F de la base aérienne 117 du quartier Balard à Paris. A l'issue d'un chantier de longue haleine, l'immeuble de 62 mètres a été entièrement désossé et reconstruit selon des normes modernes et une esthétique revue. Visite guidée.

Le chantier du Pentagone français débutera prochainement à Balard, dans le sud-ouest parisien (15e arrondissement). Deux tours, implantées à proximité, sur la base aérienne 117 de l'Armée de l'Air, ont cependant déjà fait l'objet d'une déconstruction-reconstruction : la tour A et la tour F. Cette dernière a été livrée en 1971, selon des plans de l'architecte Pierre Large. Haute de plus de 60 mètres, elle a été utilisée comme casernement durant des années. Aujourd'hui dépassée et usée, elle a nécessité de profonds travaux de désamiantage, entre 2005 et 2007.

 

Le projet a démarré en 2002 avec le lancement d'un concours architectural remporté par AIA (Architectes Ingénieurs Associés) et Frank Hammoutène - qui se désintéressera du projet quelques temps plus tard. Les études ont été menées entre 2003 et 2005 et le chantier de reconstruction à proprement parler a été effectué en 38 mois, pour une livraison à la fin du mois de février 2012. Le programme : un IGH de 740 chambres destinés aux personnels de l'Armée de l'Air dits « célibataires géographiques » travaillant à Paris en semaine et rentrant dans leurs foyers le week-end.

 

La tour anonyme reprend du sens
Architecturalement, le projet a consisté à donner à l'immeuble de l'élancement qu'il n'avait pas, en créant une extension en bas, avec une avancée de trois étages (au lieu des six prévus au programme) destinée à accueillir des bureaux hors du noyau central. L'augmentation de la surface dans la base a permis de réaliser une découpe de l'arrière de la structure, sur six étages. Car c'est un véritable travail de sculpture qui a été fait, en effeuillant la structure vers les hauts et en affinant les pignons. Le noyau béton du bâtiment s'est révélé, donnant de la puissance à la tour. Les façades ont été revêtues d'une peau en inox et la face Sud s'est vue équipée d'imposants pare-soleils rappelant des ailes d'avion.

 

Il en résulte un immeuble d'allure moderne, aux performances et prestations adéquates, qui accueillera ses premiers militaires de passage dans quelques semaines. Le groupement Opale récupèrera la tour début mars, afin de l'intégrer à la gestion du futur Pentagone français dans le cadre du PPP décidé entre le ministère de la Défense et Bouygues.

 

Tour F
Hauteur : 62 mètres (R+16)
Surface : 30.000 m²
Coût : 82,5 M€ HT
Maître d'ouvrage : Armée de l'Air, Direction centrale de l'infrastructure
Architectes : AIA + F. Hammoutène
Ingénierie TCE : CERA
BET façade : Arcora
Calendrier : études 2003-2005 ; désamiantage 2006-2007 ; reconstruction 2008-2011 ; livraison 1er trimestre 2012
actionclactionfp