Une nouvelle étude publiée par Deloitte présente les 100 plus grands groupes du secteur de la construction en Europe. Cocorico : les deux premiers sont français ! Focus et analyse du marché hexagonal.

Intitulée « European Powers of construction-Analysis of key players and markets in construction », l'étude faite par le cabinet d'audit et de conseil Deloitte présente un panorama du secteur de la construction dans 23 pays européens. A la clé, l'analyse des tendances pour chaque pays et notamment la France, qui compte cinq entreprises dans le haut du classement.

Le cas français

Avec deux groupes placés parmi les trois premiers de ce palmarès, la France tire son épingle du jeu. En effet, en 2007, Vinci-France caracole en tête du classement des entreprises de construction européennes avec un chiffre d'affaires de près de 26 milliards d'euros et un bénéfice net de 1,5 milliard d'euros. Bouygues arrive deuxième avec 22 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 1,4 milliard d'euros de bénéfice net, Eiffage est sixième (12,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 1 milliard d'euros de bénéfice net), Fayat 33ème (2,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 101 millions d'euros de bénéfice net) et, enfin, Spie Batignolles occupe la 49ème place (1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires). Soit 5 groupes français parmi les 50 premières entreprises !

 

Globalement, le marché français de la construction s'est à nouveau distingué, en 2007, comme l'un des principaux acteurs de la croissance économique européenne du secteur. Il a enregistré une progression annuelle de 2,6%. Un résultat qui reste cependant inférieur à 2006 où la croissance avait atteint 5,6%.

L'exception haussière des PPP

Concernant le marché de la construction résidentielle en France, la demande a stagné au début de l'année 2007 jusqu'à l'élection présidentielle, les ménages préférant attendre les potentielles aides du nouveau chef de l'Etat. La demande s'est ensuite envolée jusqu'en septembre avant d'amorcer une lente descente, due à la rareté des crédits octroyés.

 

Le reste du secteur de la construction a été relativement protégé du ralentissement du marché, en 2007, les réserves étant faibles et la demande restant forte. Mais cette tendance est appelée à changer en 2008. L'ensemble du secteur devrait en effet pâtir d'une détérioration globale des conditions de financement.

 

Dernière branche du marché de la construction : les PPP. Les partenariats public-privé ont augmenté de 2% en 2007, en particulier pour les infrastructures sociales et les transports. Avec la réforme du gouvernement en la matière, les résultats devraient continuer leur progression en 2008, notamment boostés par les chantiers des établissements de santé estimés à 5 milliards d'euros, à l'image de ceux de Caen et Douai, achevés récemment.
actionclactionfp