TRANSPORT. Le projet de téléphérique urbain de Sainte-Clotilde (La Réunion) prend forme : le groupement Filao, qui regroupe notamment Atelier Architectes, Poma et Egis, a remporté le marché global de conception, réalisation, exploitation et maintenance. L'équipement de transport par câble reliera deux quartiers de Saint-Denis à la fin de 2019.

A son inauguration il s'agira du premier téléphérique de l'île de l'océan Indien. Le projet Saint-Clotilde doit relier le centre urbain du Chaudron, proche du littoral, au quartier de Bois-de-Nèfles, situé sur les hauteurs de Saint-Denis-de-la-Réunion. Une liaison de 2,7 km qui comptera cinq stations différentes.

 

C'est le groupement Filao, dont le spécialiste du transport par câble Poma est mandataire, qui a été choisi pour mener à bien la conception, puis la réalisation et l'exploitation/maintenance de cet équipement. L'Atelier Architectes et Richez Associés ont imaginé des gares en s'appuyant sur quatre thématiques : la topographie du site, l'environnement tropical, l'enveloppe des bâtiments et la matérialité des stations.

 

Une solution de franchissement efficace et économique

 

Transport à faible empreinte environnementale, le téléphérique se devait de privilégier des accès doux à ses propres gares. Les bâtiments serviront également de lieux d'activité, avec l'installation de marchés ou d'espaces touristiques. Par rapport au climat tropical de l'île, les stations seront rafraîchies de façon naturelle, tandis que la végétation existante sera conservée au maximum. Des espaces verts seront même créés au Chaudron, à Bancoul et au Bois-de-Nèfles, afin de renforcer les environnements naturels. A noter que les bâtiments, qui devront faire face à des conditions parfois cycloniques, seront étudiés pour être protégés des intempéries (vent, pluie). A l'extérieur, du métal galvanisé réfléchira le rayonnement solaire, afin de limiter les apports. A l'intérieur, du bois amènera un certain confort acoustique et créer une ambiance plus accueillante. L'Atelier Architectes note : "Une palette de couleurs vives, inspirée des couleurs du paysage réunionnais, sera le référent pour les teintes intérieures".

 

De son côté, le groupe d'ingénierie Egis, précise que le projet de téléphérique urbain rentre dans le cadre du Plan de déplacement de l'agglomération et qu'il contribuera à améliorer une situation toujours problématique aux abords de la ville. Le maître d'ouvrage (Cinor) qui regroupe les communes de Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne, souhaite promouvoir des moyens de transport collectifs "innovants". Le téléphérique permettra de transporter environ 6.000 passagers par jour, avec des pointes à 1.000 voyageurs/heure. Pour Egis, ce type de transport urbain par câble apporte une réponse efficace et économique aux problèmes de franchissement. La société a déjà participé à d'autres projets, notamment à Orléans ou Brest.

 

Le téléphérique réunionnais devrait être mis en service à la fin de 2019.

 

Fiche technique :
Maître d'ouvrage : Cinor
Groupement : Poma (mandataire), L'Atelier architectes, L'Atelier Ingénieurs, Richez Associés, Sogéa Réunion (ouvrages bâtiment et génie civil téléporté), Egis (ingénierie d'insertion urbaine et transport, BET fluides, VRD), ISR (maintenance), Sodiparc (exploitant)
Distance : 2,7 km
Nombre de stations : cinq
Nombre de cabines : 46 (dix places chacune)
Chantier : 2018-2019
Budget : 43 M€ (conception-réalisation)
Temps de parcours : 13 minutes
actionclactionfp