Premier bâtiment à sortir de terre, le "Technopôle" regroupera des laboratoires sur le courant électrique moyenne tension, et des espaces tertiaires. Les travaux, d'ores et déjà lancés, permettront d'accueillir les premiers des 950 occupants dès le début de 2017. La conception de l'édifice a été confiée au cabinet d'architecture et d'urbanisme Arche 5. Pierre-Louis Cochet, le maître d'œuvre, explique : "La phase de conception a été dense, car le site Technopôle a une histoire. Dès 2004, un schéma directeur a été décidé, afin d'optimiser la charge foncière. Puis le projet a fortement évolué grâce à son intégration dans la ZAC de la presqu'île scientifique". L'architecte précise avoir voulu donner une identité propre à ce bâtiment, afin qu'il soit fédérateur et facilement appropriable par ses utilisateurs. Il explique avoir travaillé sur la qualification énergétique des lieux et sur les espaces intérieurs, "qui forment une rue intérieure où viennent se greffer les différentes activités : laboratoires, salles de réunion, showroom, restaurant…". La façade extérieure, qui constitue un signal d'entrée de la ville par la voie ferrée, "crée un rythme par ses peignes".

 

Quant à la performance thermique des lieux, compte tenu de la mixité d'usage entre laboratoires de R&D et bureaux, elle s'établira à moins de 45 kWh/m²/an (énergie finale). La structure sera métallique pour les espaces laboratoires et béton avec poteaux-poutres préfabriqués, pour la partie tertiaire. De nombreux équipements permettront de récupérer la chaleur des installations afin de la réinjecter dans la VMC double flux. Des toitures végétalisées permettront de mieux intégrer le bâtiment à son environnement, notamment lorsqu'il est aperçu depuis la Bastille, tandis que des façades photovoltaïques, orientées à l'ouest, serviront également à l'isoler acoustiquement des voies SNCF.
actioncl