Les objets connectés pourraient bientôt surveiller l'état d'entretien de la maison et anticiper les fuites ou encore les pannes. C'est en tout cas l'une des filières d'avenir de la domotique et de l'Internet des objets. A quand la maintenance prédictive dans nos logements ?

Un joint trop usé, et c'est le drame : la fuite... et le dégât des eaux qui s'ensuit. Et si, bientôt, c'était le tuyau lui-même qui nous avertissait de l'imminence du problème ? Ou, plus précisément, un système domotique connecté qui analyserait l'état de la tuyauterie et nous signalerait la nécessité d'une intervention ?

 

Science-fiction ? Pas du tout, selon les intervenants de la dernière Matinale de l'innovation, une série de colloques organisée par Engie. Le thème : l'Internet des objets (ou IoT, pour "Internet of things" en anglais), ce système de communication bas-débit pour connecter entre eux les objets intelligents.

Des systèmes de moins en moins chers

"Prévoir qu'un objet va tomber en panne est l'un des avenirs de l'Internet des objets", insiste Thomas Nicholls, directeur marketing et communication de la start-up toulousaine Sigfox, spécialisée dans l'IoT. Ce concept de "maintenance prédictive" est porteur d'espoir et source de développement économique, aussi bien pour le secteur professionnel que pour les particuliers.

 

On rêve déjà d'un système domotique qui pourrait, pourquoi pas, surveiller l'état des appareils électriques de la maison pour anticiper les pannes. Mais à quel prix ? "La vraie rupture est dans le coût des objets connectés et dans la facilité d'implémentation", tempère Guillemette Picard, directrice de domaine IoT chez Engie. Une rupture qui pourrait faire de ce rêve une réalité.

Les compteurs intelligents, réclamés ou redoutés ?

Autre filière d'avenir pour la domotique : l'aide à l'économie ! "Le développement des solutions de consommation intelligente est beaucoup réclamé par les particuliers", analyse Hervé Bidou, directeur transition digitale chez Engie Cofely.

 

Seront-ils toutefois prêts à laisser entrer chez eux les compteurs connectés Linky (pour l'électricité) et Gazpar (pour le gaz), tant décriés par les associations de consommateurs ?
actionclactionfp