Les enceintes sportives doivent aujourd'hui répondre à de multiples enjeux : elles sont multifonctionnelles, durables et communicantes. Sur ce dernier aspect, les stades construits pour recevoir l'Euro-2016 font figure de réalisations exemplaires. Steve Lisima, le responsable de la communication digitale à l'Allianz Riviera (Nice), nous en dit plus sur toutes les fonctionnalités déployées.

A l'heure du tout numérique, des objets connectés et des réseaux sociaux, les stades entament leur évolution afin de proposer une expérience toujours plus riche à leurs spectateurs. Steve Lisima, le chef de projet "Communication digitale" du stade Allianz Riviera de Nice, nous explique : "Dès l'origine, le stade a été connecté en 4G par SFR. Puis les trois autres opérateurs - Bouygues, Orange, Free - se sont alignés. Depuis la fin janvier 2016, il est également équipé en Wifi HD". Une évolution souhaitée par Allianz, le sponsor du stade à qui il donne son nom, et un choix stratégique. "Aujourd'hui, 98 % des gens ont un smartphone et ils sont habitués à un certain nombre de services, notamment pour partager leur match", poursuit le responsable.

 

Les 36.000 personnes réunies dans les tribunes en configuration football pourront donc profiter d'une connexion haut-débit grâce au déploiement de 467 bornes relais. "Elles sont réparties entre les tribunes, l'espace VIP, la salle de presse et le parvis", nous précise-t-il. "Nous avons pris exemple sur les stades espagnols pour le dimensionnement. Là-bas, ils enregistrent 8.000 connexions simultanées pour une capacité de 80.000 places. Ici, nous pourrons offrir 10.000 connexions simultanées, ce qui est très important !", détaille Steve Lisima. Le stade des Lumières de Lyon pourrait, quant à lui, soutenir entre 15.000 et 20.000 connexions mais sa jauge, 59.000 places, est plus importante. "Nous travaillons avec des prestataires pour développer les applications, et donc des webdesigners, des intégrateurs… Et le jour J, il y a deux personnes actives sur le site pour la partie technique et l'animation. Le flux de données, les statistiques par exemple, sont directement envoyées par une société spécialisée dans le domaine", nous révèle-t-il.

 

Même confort dans les tribunes que dans son canapé

 

Steve Lisima nous relate les premiers retours d'expérience de l'Allianz Riviera : "A l'occasion d'un match de rugby du RC Toulon, qui s'est joué en début d'année, nous avons eu environ 2.000 connexions, mais le stade n'était pas plein. Nous avons eu un très bon retour des gens". Au-delà d'un simple accès à Internet, le stade souhaite proposer des événements et des services particuliers, liés au numérique. "Depuis la fin du mois d'avril, une application mobile est disponible avec des fonctionnalités Live, liées aux sportifs qui évoluent sur la pelouse, la composition des deux équipes ou des statistiques en quasi-instantané par rapport au direct. Le but est d'avoir le même confort d'accès aux informations depuis les tribunes que dans le canapé de son salon", nous explique le responsable du numérique. Autre projet, celui de transmettre des informations pratiques, liées à l'offre de restauration ou à l'accessibilité, afin de commander directement depuis sa place ou de recevoir un itinéraire interactif personnalisé dès le moment où le spectateur arrive devant le stade. Le spécialiste explique également travailler à l'animation des temps morts (avant la rencontre ou pendant la mi-temps), en mettant en place de petits jeux interactifs.

 

D'autres expérimentations ont été menées à l'Allianz Riviera, notamment l'utilisation de drones ou de Google glasses, ces lunettes à réalité augmentée. "Un 'Social screen', tableau noir virtuel, permet aux fans de poser des questions aux joueurs après le match, un peu comme une boîte à question. Et 'l'Inside box' est destinée aux enfants hospitalisés : ils peuvent commander à distance un robot qui évolue dans les vestiaires et la zone mixte, afin d'explorer des endroits normalement peu accessibles", nous précise Steve Lisima. Pour l'Euro 2016, l'UEFA aura la main sur les éventuelles animations interactives. "De notre côté, il n'y aura pas de développement spéciaux de la connectivité. Mais le stade, qui reçoit trois matches de poules et un huitième de finale, sera plein à chaque fois", nous révèle-t-il. Le défi suivant sera le premier grand concert de l'Allianz Riviera, le 15 juillet prochain, avec 40.000 spectateurs qui viendront applaudir Rihanna et peut-être… submerger les réseaux sociaux de photos ou de statuts grâce à la connectivité poussée du stade.
actionclactionfp