TRANSPORT DU FUTUR. Faire revivre l'Aérotrain de l'ingénieur Bertin en le propulsant dans le 21e siècle : telle est l'ambition de la startup Jacques Vaucanson qui entend révolutionner le monde des transports terrestres en 36 mois grâce à son SpaceTrain, et ainsi coiffer Elon Musk au poteau ! Zoom.

Pourquoi laisser aux Américains d'Hyperloop le leadership mondial dans le domaine des liaisons terrestres transsoniques ? C'est ce que se demande Emeuric Gleizes, le président de la startup Jacques Vaucanson (du nom d'un célèbre inventeur d'automates du 18e siècle), qui a décidé de relancer le concept d'Aérotrain, né dans les années 1950 d'un autre ingénieur français, Jean Bertin. La petite société, qui travaille sur des systèmes robotiques autonomes pour l'industrie aérospatiale (entre autres) s'est lancée dans un projet ambitieux : développer un moyen de transport rapide, moderne et compétitif, inspiré du monorail sur coussin d'air testé voilà un demi-siècle.

 

Aérotrain
Aérotrain © Archives de l'association des amis de Jean Bertin

 

Désormais dénommé SpaceTrain, il bénéficiera de toutes les avancées technologiques qu'il s'agisse de science des matériaux (fibre de carbone, graphène), d'électronique, d'informatique ou d'énergie. La société résume : "L'objectif de notre entreprise est de réaliser en 36 mois, une navette interurbaine, circulant dans un tunnel faiblement pressurisé et capable d'atteindre théoriquement des vitesses subsoniques". En gros, le même concept que l'Hyperloop d'Elon Musk, qui compare ce nouveau moyen de transport à un hybride de capsule spatiale et de réseau pneumatique. Côté vitesse, la société française vise d'abord une moyenne de 540 km/h et une vitesse maximale de 720 km/h. Elle rappelle que l'Aérotrain I80 HV (pour Haute Vitesse), propulsé par un réacteur d'avion, avait établi un record du monde de vitesse sur rail pour un véhicule à coussin d'air à 430 km/h en mars 1974, quelques mois avant que le projet ne soit abandonné et que l'ingénieur Bertin ne décède. La startup signale également qu'un chariot supersonique avait même été mis au point pour étudier les vitesses extrêmes sur coussin d'air et avait pu atteindre sur une voie d'essai d'un kilomètre, la vitesse de 1.300 km/h !

 

Découvrez les solutions techniques avancées pour le SpaceTrain français dans les pages suivantes

actionclactionfp