Un an après le vote de la loi de Transition énergétique, la ministre de l'Environnement a réuni plusieurs centaines d'acteurs des Territoires à énergie positive pour la croissance verte. Elle se félicite de la dynamique engendrée et souhaite que ces territoires s'organisent en réseaux afin de partager leurs idées et leurs pratiques.

"En cette date anniversaire du 22 juillet, un an jour pour jour après le vote de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, je constate que tout le monde tire dans la même direction et c'est ce qui va faire sa réussite", triomphe Ségolène Royal devant plusieurs centaines d'invités, réunis au ministère de l'Environnement ce vendredi. Insistant sur le travail accompli, elle annonce : "100 % des textes d'application sont faits : décrets, ordonnances, appels à projets… grâce aux parlementaires et aux collectivités territoriales". La ministre poursuit sur les autres avancées : "La mise en place de la PPE, programmation pluriannuelle de l'énergie, très importante pour que les industriels sachent où ils doivent investir. Celle du chèque énergie pour lutter contre la précarité, ou la montée en puissance du Crédit d'impôt transition énergétique (CITE), avec 5 milliards d'euros de travaux de rénovation".

 

Inventer un modèle d'économie décarbonée

 

Encore une fois, la ministre de l'Environnement a souhaité remercier les acteurs de terrain : "Il y a eu des défricheurs dans les territoires, avec les habitants et les artisans. Il faut maintenant continuer à déployer de nouveaux projets, qui seront soutenus par une ingénierie financière rapide, le Fonds de transition énergétique". Elle a souligné le "besoin d'efficacité et de simplicité" dans les démarches et souhaite que les bonnes pratiques soient mises en commun. Selon Ségolène Royal, cette transition écologique représente "une opportunité pour les territoires et les entreprises" qui auront la charge "d'inventer le futur, le nouveau modèle de société qui permettra de réduire le réchauffement climatique". Poursuivant son discours, la ministre a évoqué les enjeux : "Un modèle décarboné est capable de créer des emplois. Il faut penser autrement, être créatif pour répondre au défi", avant d'énumérer les risques : "Sécheresse, pollution des eaux, recul des forêts, problèmes de santé, montée du niveau des océans, typhons et inondations… C'est une véritable course de vitesse qui est engagée contre le réchauffement… A la fin du siècle, si rien n'est fait, ce sont 200 millions de déplacés climatiques qu'il faudra gérer".

 

L'exemplarité des collectivités territoriales

 

Se tournant vers les représentants des Territoires à énergie positive, Ségolène Royal a donné la parole à différents témoins, porteurs de projets liés à la transition. Patrick Sabin, vice-président de la communauté de communes de la Haute Lande, a notamment évoqué la mise en place d'une société d'économie mixte intégrant 25 % de coopérative citoyenne : "Le ticket d'entrée est à 100 €, tout le monde peut donc participer". Cette dernière travaille sur différents projets, notamment l'investissement dans des toitures photovoltaïques sur une trentaine de bâtiments communaux, ou sur un parc éolien. Elle participe également à une plateforme de valorisation de la biomasse : "Nous avons encore 18.000 tonnes/an de déchets verts non valorisés dans les communes et qui coûtent de l'argent". Le responsable souhaite avant tout, récompenser le geste éco-citoyen des administrés. Autre exemple, celui de la commune varoise de La Seyne-sur-mer, qui espère réaliser à terme 40 % d'économies sur un budget d'éclairage public de 900 k€, grâce à l'adoption de lampadaires LEDs et d'une meilleure gestion. La ministre a finalement félicité l'ensemble des participants pour leurs "beaux exemples" et leurs "témoignages importants".

 

Signature du contrat d'objectif et de performance de l'Ademe

 

En marge de cette réunion, Ségolène Royal et Bruno Léchevin, président de l'Ademe, ont signé le contrat d'objectif et de performance d'une durée de 3 ans, qui fixe les ambitions de cet opérateur de l'Etat en matière d'efficacité énergétique. Le président a notamment déclaré : "Avec ce nouveau contrat, l'Ademe sera au rendez-vous des défis de l'accélération de la transition énergétique et écologique (…) En tant qu'expert, l'Ademe continuera à éclairer les décideurs et la société sur les enjeux de cette transition. En tant que précurseur, l'Ademe continuera de soutenir l'innovation et d'élaborer des visions prospectives". Il a rappelé que, depuis 2010, plus de 350 projets avaient été financés dans le cadre du Programme des Investissements d'Avenir pour un montant de 1,7 milliards d'euros.
actionclactionfp