Un nouveau satellite d'embarquement verra le jour d'ici à fin 2012 sur l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. Le S4, nom de code actuel, devrait renforcer l'attractivité de l'aéroport parisien, et se fixe pour principal objectif l'amélioration de la qualité de services. Visite du chantier.

C'est un bâtiment long de 770 mètres et d'une surface totale de 100.000 m2, répartis sur 4 niveaux, qui émerge en ce moment à l'est des terminaux 2E, 2F et du satellite S3 de l'aéroport de Roissy. Ainsi, Aéroport de Paris (ADP) vient de présenter le chantier du S4, un long paquebot dédié aux vols long courrier qui pourra accueillir quelque 7.8 millions de passagers chaque année et jusqu'à 16 avions en contact simultané, dont 7 gros porteurs type A380.

 

Des chiffres impressionnants caractérisent ce nouveau satellite d'embarquement de Roissy Charles-de-Gaulle, qui devrait participer au dynamisme de l'aéroport. « Nous n'avions pas besoin de capacité supplémentaire », reconnait Pierre Graff, Pdg d'Aéroport de Paris. En effet, le S4, déjà programmé dans la stratégie d'avant-crise, s'inscrit dans une volonté de « proposer une qualité de services exemplaire ». « Il y a eu des réductions au niveau des investissements en 2008, avec la crise, mais cela n'a pas touché le projet du S4 », ajoute-t-il. Le nouveau satellite aura donc une utilité fonctionnelle, prévu pour améliorer le fonctionnement du hub Skyteam (Air France-KLM, ndlr), et sera également un équipement stratégique après la crise. Surtout, il permettra de procéder à des travaux de rénovation des autres bâtiments du site de Roissy de manière plus confortable pour tous. « On pourra en effet restaurer les autres terminaux en les fermant et non sous exploitation, ce qui nous permettra de réaliser des économies de charges, par exemple », explique Pierre Graff. La stratégie « Cap sur la qualité de services » qui s'opérera entre 2011 et 2015, aura demandé un investissement total de 2.4 milliards d'euros, dont 750 M€ pour la seule qualité de services. Le S4, quant à lui, aura nécessité 560 M€ d'investissement et créé 1.500 emplois à temps plein sur 4 ans.

Vers une démarche HQE®
Une qualité de services qui se traduit par un bâtiment moderne, clair, lumineux, chaleureux et respectueux de l'environnement. Ainsi, ADP a souhaité mettre en œuvre de façon volontariste une démarche HQE® sur le projet du S4. Les cibles prioritaires, établies avec l'organisme certificateur Certivea, sont : performance énergétique, gestion de l'eau, confort visuel, gestion des déchets. Il en ressort une consommation globale inférieure de 30% à la moyenne des aérogares existantes, grâce, notamment, à une architecture du bâtiment spécifique (forme, utilisation de la lumière naturelle, protections solaires, implantation des locaux…), à la qualité de l'enveloppe extérieure (niveaux d'isolation, technologies de vitrages…), à un choix de système de production et de distribution des énergies (thermo-frigo-pompes) ou encore à la mise en œuvre d'outils de contrôle fins de l'éclairage et de la température dans les locaux. En outre, un système de transport automatique et électrique - qui verra la prolongation du métro interne qui reliera le terminal 2E et la nouvelle galerie marchande - permettra aux passagers de se déplacer, et les passerelles du S4 engendreront la suppression des bus de pistes pour accéder aux avions (soit 1.000 km en moins parcourus chaque jour).

 

Un Grand Magasin parisien
Mais le point fort du nouveau S4, c'est l'aménagement et l'équipement intérieurs du bâtiment. En effet, imaginé et pensé par le cabinet d'architectes interne à ADP, le projet est « basé sur les attributs de la modernité et sur le principe de la 'marche en avant' du passager », comme le souligne François Tamisier, architecte en chef d'ADP. Ainsi, la galerie marchande de ce nouveau satellite d'embarquement (2.400 m2 de commerces, 900 m2 de bars et restaurants) doit donner l'impression d'être dans un Grand Magasin parisien. «Nous avons conçu le parcours du passager dans le satellite 4 comme une promenade à travers la ville, Paris. Ainsi, les voyageurs arriveront dans une station de métro raffi née puis traverseront une galerie commerciale aménagée sur le modèle des grands magasins, avec des marques emblématiques de la France, avant de déboucher sur une vitrine de la technologie européenne, la salle d'embarquement, offrant une vue imprenable sur les Airbus A380 au contact du bâtiment. L'expérience du passager sera de l'ordre de l'urbain, de la culture et de la modernité», explique François Tamisier. Les matériaux utilisés - marbre, verre, bois, végétal, eau - concourront également à faire de cet espace un passage agréable pour les visiteurs, tandis qu'une immense verrière de 1.000 m2 chapeautera le centre commercial et offrira comme un ciel étoilé au-dessus des têtes des passagers. Enfin, le choix des couleurs, des matériaux et d'une signalétique optimisée apporteront « douceur, légèreté et chaleur » au bâtiment.

 

La livraison du bâtiment est prévue au deuxième semestre 2012. D'ores et déjà, le S4 s'inscrit dans la nouvelle génération de satellites aéroportuaires et, comme conclut Pierre Graff, « nous devons soutenir la comparaison avec nos concurrents européens, on n'a donc pas le choix ! »

 

 

Fiche technique du S4

Capacités : 7.8 millions de passagers/an à terme - 16 gros porteurs au contact
Investissement : 560 M€ (coût au m2 : 2.600 €) dont 90 M€ pour les infrastructures, 90 M€ pour le prolongement du métro automatique, 350 M€ pour le bâtiment, 30 Me pour les opérations préparatoires et complémentaires
Surface totale : 100.000 m2 hors œuvre nette répartis sur 4 niveaux
Longueur totale du bâtiment : 770 m
Hauteur maxi au-dessus du niveau des pistes : 22 m
Surface de l'espace embarquement : 25.000 m2
4.000 sièges dans la salle d'embarquement
3.300 m2 de commerces et bars/restaurants
15 postes d'inspection filtrage
1.500 emplois temps plein sur 4 ans
40 titulaires de lots, 300 sous-traitants
Livraison du bâtiment : 2e semestre 2012
actionclactionfp