Les dix éoliennes de Miquelon, qui fournissaient 15 % de l'électricité de l'île, sont arrêtées pour être démontées. Non rentables, elles soufraient de la concurrence de la centrale thermique EDF utilisée prioritairement. L'archipel revient donc au 100 % fioul, une première en France.

Le démontage des dix éoliennes de Miquelon a débuté. Installées en décembre 1999 par Eole Miquelon (filiale de Quadran), les turbines de marque Vergnet développaient ensemble 600 kW de puissance et fournissaient environ 15 % de l'électricité consommée sur la petite île de l'Atlantique nord-ouest. Miquelon, qui ne comporte que quelques habitations isolées, abrite 600 habitants sur les 6.100 qui peuplent l'archipel situé en face de Terre-Neuve (Canada). Une situation qui rendrait le réseau "particulièrement vulnérable" selon EDF. D'où l'usage prioritaire des groupes Diesel de l'électricien français plutôt que les éoliennes de Quadran. "Cette installation n'a jamais été autorisée à produire à pleine capacité", déplore le directeur général de la société, Jérôme Billerey, également président de la commission des régions ultramarines du Syndicat des Energies Renouvelables. Selon le responsable de Quadran, cette limitation de la production entraînait une perte de 1,5 M€ pour la société. Pour être rentable, la centrale éolienne devait fournir 30 % de l'électricité de l'île.

 

Retour au thermique
A un moment où la France est engagée dans la transition énergétique, avec une part croissante réservée aux EnR, la situation de Saint-Pierre-et-Miquelon peut donc surprendre. Le retrait des éoliennes entraîne, de facto, le retour à une fourniture d'énergie 100 % fioul, et donc émettrice de CO2. EDF invoque, pour sa part, un surdimensionnement des turbines choisies par Eole Miquelon par rapport à la toute petite communauté insulaire. Sur Saint-Pierre, la petite île abritant 86 % de la population locale, l'électricité provient également d'une centrale thermique EDF "vieillissante", selon l'AFP. Une nouvelle unité est en construction depuis 2011 et devrait remplacer l'ancienne dans le courant de 2015.

 

Une société spécialiste des EnR en Outre-mer
Quadran est un producteur français d'énergies renouvelables présent dans tous les segments de ce marché : photovoltaïque, hydraulique, biogaz, biomasse et éolien. En tout, la puissance cumulée de ses installations atteint 310 MW, produisant annuellement 700.000 MWh, soit la consommation de 600.000 personnes (hors chauffage). Dans l'éolien, Quadran se présente comme "opérateur historique" de centrales éoliennes en métropole et outre-mer, et revendique même la première place d'exploitant ultramarin grâce à des installations de turbines à la Guadeloupe (15.770 kW), la Martinique (1.100 kW), la Réunion (10.175 kW) et en Nouvelle-Calédonie (23.860 kW). A la fin de 2013, la société exploitait 42 parcs dotés de diverses machines (Enercon, Vestas, Nordex, RePower, Vergnet), totalisant plus de 250 MW. L'entreprise dispose d'un portefeuille de 230 MW de puissance supplémentaire grâce à de nouveaux projets autorisés qui seront mis en service en 2014-2015.
actionclactionfp